Accueil
  • Rechercher
  • S'enregistrer
  • Connexion
  • Il y a plus de 2000 ans, vos ancêtres étaient attachés à leurs branches, tout comme n'importe quel végétal comestible. Il y a plus de 2000 ans, Ania Bradford les changea en êtres humains tout à fait acceptables (exceptées quelques différences). Seulement la prolifération beaucoup trop rapide de ces êtres fut vite incontrôlable, si bien que des mesures durent être prises. Un exil, un exil en Amérique, un exil sans retour. Vous voilà donc avec comme seul territoire le vaste continent Américain, vous continuez à y vivre, sans contact avec le reste du monde...

    Je suis Elvire, Un admin un peu con mais je suis gentil. Vous pouvez m'envoyer un MP là !
    Septembre 4050
    Ensoleillé

    Annonce

    Je suis Angélique, une admin qui sent la fraise et je vous aime déjà. Vous pouvez m'envoyer un MP là !

    Prédéfinis

    Georgette
    Epicée
    Lien

    Niko
    Sucré
    Lien

    Pearl
    Fade
    Lien

    Taylor
    Amer.e
    Lien

    Timmy
    Acide
    Lien

    Persy
    Sec
    Lien

    Un peu plus?

    Vie du forum

    Membre du mois : Eloyse
    Son profil | Sa fiche | Sa demande de RP

    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp

    Top

    Je suis Ania Bradford la déesse. Les top-sites sont à mes pieds.
    🍋 🍊 🍍 🍅
    Le deal à ne pas rater :
    NIKE : -20% supplémentaires sur les articles déjà en promo ...
    Voir le deal

    Aller en bas
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Empty[INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mer 21 Oct - 22:47
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne

    wkgy.jpg


    Ah ça ira ! Ça ira ! Ça ira !
    feat. Eloyse



    « Je la déteste et c’est même pas vrai ! » dit Lionel cinq ans en lançant la peluche que je lui avais cousu pour son cinquième anniversaire, bien que le présent soit en retard à cause de mes talents indéniablement minables en couture, cela avait fini par être une belle peluche.

    Peluche que je ramassais du sol essayant de raisonner mon frangin : « Lionel, j’ai passé du temps à faire ta peluche... » Il recula la rejetant. «  Les peluches c’est pour les bébés ! Maman elle aurait fait un cadeau plus cool ! »

    «  SI TU PENSES QUE TU ES GRAND, ARRÊTE ! » hurlai-je craquant. Il se figea, c’était très rare que je me fâche à ce point, et la première fois que je l’exprimais autant.

    Des larmes coulèrent sur mes joues, j’aurais dû le consoler, lui dire désolée d’avoir hurlé, que ce n’était pas grave son caprice, que ça arrivait et qu’à présent il suffisait d’en parler au calme comme une maman… Mais j’étais une collégienne et il réclamait sa mère et moi, moi je ne pouvais même pas  lui donner ni la remplacer.

    « Grande-sœur, pleure pas, elle est belle ta peluche, je veux pas que tu sois triste moi ! Tu es super grande-sœur je te juré craché ! Maman serait fière de toi! »

    Petit murmure d’enfant de cinq ans  paniqué face à ma faiblesse et se sentant coupable. Je tentais un sourire et dans un : « Ne t’en fais pas Lionel, allez viens c’est bientôt l’heure du dîner ! » avant de filer me réfugier dans la cuisine ravalant mes larmes. A mon travail au noir au petit restaurant, on m’avait donnée des pommes acidulées, je les préparai en silence malgré le petit garçon qui se balançait d’un pied à l’autre à la porte de la cuisine inquiet et que je ne pouvais plus en cet instant consoler.

    Je mis les pommes au four et réglai le thermostat. Puis je m’assis à la table en silence.

    « Grand-sœur ? » osa le petit enfant de cinq ans tout timide. Comme face à une étoile de cristal comme dans les histoires des hiboux héros   que je suivais avec lui, il avança lentement et prudemment pour ne pas me casser.

    Quand il arriva à la table il murmura en posant une main sur mon bras, une main si minuscule : « Tu veux que je cherche Papa ? » « Non, il bosse pur une fois, je l’ai collé devant son article avec interdiction de regarder la télévision avant qu’il soit fini et envoyé. » Bougonnai-je, comme si cela allait de soit, comme si une collégienne qui s’occupe de son père et de son frère était normal, pourtant pour moi depuis mes presque dix ans ça l’était...

    Après un silence, l’enfant murmura avec une tristesse et une maturité que je ne lui connaissais pas : « C’est dur de t’occuper de nous, hein ? » Il leva un regard très inquiet, mes yeux noirs croisèrent les siens rouges et je tendis les bras pour le mettre sur mes genoux. Je le balançais doucement en fredonnant une chanson fait plus de syllabes que de sens mais toute douce. Je n’étais pas douée en chant, pas du tout mais Lionel m’écoutait toujours avec délice, ça semblait l’apaiser.

    « Grande-sœur tu sais je l’aime beaucoup ton cadeau, pardon, c’est pas grave si Maman est pas revenue encore, elle finira par lire sur un plan correctement mais toi tu es là, alors ici ça va vraiment bien. »

    Maman ne reviendra pas, je le savais, mais je ne voulais pas briser le sucre de mon frère alors je lui fis un doux sourire dans un : «  Oui tout va bien ! » Mon épicé devenait amer mais tout ira bien, ça ira, ça ira, ça ira…

    Il somnolait, je lui fis un chocolat dans un biberon, normalement exceptionnel il pouvait boire dans un verre à  cinq ans mais là il avait trop eu d’émotions pour manger les pommes au four. Il le but, à moitié endormi alors que ma colère retombait et je caressais doucement ses cheveux fins et noirs en contant une histoire de danseuse magique que j’inventais au fur et à mesure. Je l’aidais à enfiler son pyjama à capuche d’ours et le mis en son lit en lui donnant avec affection son doudou hibou mais il le refusa en disant d’une voix endormie :  « Non je veux « Bulle Rose » celle que tu m'a fait ! Et...Grande-sœur tu me laisseras jamais seul toi, hein ? » Je lui mis les deux peluches près de lui et le chatouillais dans un : « Bien sûr que non ! Mais ne rejette pas ton pauvre hibou il y a de la place pour trois dans ce lit. » « Oui! Mais arrrêteeeeeeeee ! » dit le petit garçon explosé de rire sous les chatouilles.

    J’étais contente, il était de nouveau insouciant comme d’habitude. Mon petit trésor. Je quittais la petite chambre sans faire de bruit, je ne pouvais pas rejoindre le lit superposé que je lui partageais, pas encore, un hurluberlu m’avait demandée de ramasser le plus d’objets possibles sur la plage car il avait le projet de faire un musée  en gage de confiance il m’avait donnée la moitié du salaire de ce petit job, si j’avais l’autre moitié ça ferait un mois de loyer, courses et cantine scolaire de Lionel ! Un vraie fortune pour moi.

    Je mis donc ma veste et mon écharpe puis criais avant de sortir : « Il y a des pommes au four Papa, Lionel dort je m’en suis occupée ! Je dois filer mais à mon retour t’as intérêt à avoir fini ton travail ! » J’entendis un « Oui, Oui ! » autant affolé qu’endormi, je soupirais : « T’as intérêt j’ai dit ! »

    Le sable blanc devenait orange sous le coucher de soleil, j’avais déjà rempli trois sacs poubelles de trucs et machins plus ou moins gros sur la plage . Mais je savais que ça ne suffirait pas. Je repris mon souffle. Puis je me remis au travail dans un «  Ah ça ira ! Ça ira ! Ça ira ! » chantonné à tue tête en boucle. Une collégienne qui ramasse des bouts de caoutchoucs et de métaux le soir sur la plage pouvait étonner mais il n’y avait personne aux alentours du moins le croyais-je. De plus 75 pour-cent de mon esprit pensait au loyer, aux courses et à la cantine scolaire avec entrain !

    Mais un bruit de pas me fit sursauter, je braquais ma lampe vers l’inconnu(e).

    « Si t’es un flic je fais ça pour construire une cabane avec mes amis ! »

    C’était un mensonge mais hors de question de lui dire que je faisais un petit boulot à mon âge, c’était illégal. Mais je n’avais aucun remord de mon mensonge ni de faire ces jobs, mon frère et papa avaient besoin de ça pour être heureux alors moi  ça ira, ça ira, ça ira.

    Mais ce n’était pas la police mais une fillette d’un an de moins que moi (ou un peu plus difficile à cerner avec ma poitrine lamentablement peu formée…) que faisait-elle là ? Elle s’était perdue en rentrant chez elle ? Elle euh ….
                                                                                                                                                       
    « Ça va ?  Tu as perdu tes parents ? » lui demandai-je soudain inquiète. Le froid du soir commençait à arriver, septembre, nous n’étions plus en été. Je soupirais et enlevais ma veste lui tendant dans un sourire : « Allez prends tu vas attraper la crève ! »

    Je m’étirais dans un : « Bon j’ai un travail à finir mais si tu veux après on pourra jouer un peu, les adultes attendront hein ! Cette plage serait un magnifique terrain de chasse aux trésors ! »

    Je lui fis un grand sourire aussi insolent qu'amusé et me baissais pour ramasser un nouvel objet qui était…
                                                                                       


                                                                                                                                   
                                                                                                   
                                                                                                                               
               


    © Code Anéa - N-U


    [INTRIGUE I] PV Eloyse Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mer 21 Oct - 22:48
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Rise' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_f10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Dim 25 Oct - 15:44
    Eloyse
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    Messages : 11
    Date d'inscription : 20/10/2020
    Fruit / Légume : citron
    Métier/Etude : collégienne
    La journée avait été agréable. Le seul bémol, s'il en était vraiment un, avait été que papa avait été au travail toute la journée. Mais il n'avait pas le choix, et ça n'entachais, finalement, pas tant que ça la journée. Le travail, rapportais de l'argent et nous vivions convenablement. Et puis, être seule avec maman était pas si désagréable. Surtout quand l'on faisait des cookies, comme aujourd'hui. Cookies donc je raffolais. Ils étaient bon, et nous ne jetions rien de ce qui était utilisé. Soit cela irait dans une soupe, soit dans un plat. Les cookies cuits étaient délicieux, fondaient presque dans la bouche, mais il y en avait trop pour moi. Tant pis, il y en aurait pour papa le soir, et moi plus tard. Aujourd'hui, maman avait envie de passer du temps seule avec papa. Cela arrivait et je pouvais me douter de ce qu'ils souhaitaient, donc je les laissaient ensemble et irait me promener en ville. Peut-être me ferait-il un petit frère !

    Le soir arrivant, je les laissai comme promis seuls, entre eux. Prenant une partie des cookies, je me dépêchai de sortir, en oubliant ma veste. Tant pis, il ne devais pas faire si froid. Et puis, j'avais mon pull. M'arrêtant devant chez moi, je me mis à réfléchir ; où aller? C'était une bien bonne question. La ville était grande… Et si petite que je ne savais pas vers où je souhaitais aller. Me dirigeant vers le parc, je fis très vite demi-tour. Je n'avais pas envie du parc. Il était beau, agréable, mais je préférais me diriger vers la plage. Le sable, la mer, l'odeur. Cette idée. Cette envie m'enivra de plaisir. Arrivant sur la plage, je regardai la soleil qui se couchait. Beauté absolu qui régnait sur une plage où de multitude de déchets s'accumulaient. Regardant le dépotoir qu'était la plage, mon attention fut attirer ailleurs quand j'entendis une autre enfant chanter. Elle chantait fort et pas si mal. En tout cas, de loin, seul maman chantait aussi bien. Me tournant vers la source de la voie, je vis au loin une lumière qui marchait sur le sable. Enfin, une personne, qui tenait la lampe, marchait et cela devait être elle qui chantait.

    Je m'en approchai assez vite avant de ralentir, une infinité de question me trottant la tête; et si elle me détestait, et si elle me repoussait, et si elle était méchante. Et si c'était une humain ! Perdue dans mes pensées, je ne remarquai pas que je m'en était approchait jusqu'à en être à sa portée. Ce fut sa voie, son ton sur la défensive, qui me ramenai à la réalité. Surprise, je dus mettre ma main devant mes yeux, elle venait de braquer sa lampe sur moi, m'aveuglant. Quelqu'un l'avait déjà embêter? Mais, j'étais innocente moi. Je voulu lui dire mais je senti la lampe torche s'abaisser. Retirant ma main, je découvrit une jeune fille d'à peu prés mon âge. Qu'était-elle? Déjà pas une humaine, c'était une bonne nouvelle. Elle me demanda si j'avais perdu mes parents et je secouai la tête, riant doucement :

    - Non, ils… Ils sont à ma maison. Je voulais me promener et toi, tu t'es perdue?

    Bête question, elle avait des sacs et semblait vouloir nettoyer la plage. S'approchant de moi, elle retira sa veste et me la tendit, ne souhaitant pas que j'attrape froid. Au fond, l'air s'était dangereusement radoucis et j'aurait du prendre ma veste. Prenant la sienne, je l'enfilai, lui obéissant sagement. Mais elle, ne risquait-elle pas d'avoir froid ? Je ne savais pas mais j'espérais que non. La voyant s'abaisser pour prendre un objet, je lui demandai doucement :

    - Tu… Tu souhaites de l'aide?

    Sans attendre sa réponse, je me mis à la suivre, ramassant avec elle les objets qui se trouvait à terre. Elle était gentille et pas méchante. Je décidai de lui tendre la boite avec les cookies. L'ouvrant, je lui proposai :

    - Tu en veux?

    La laissant en prendre quelques un, je refermai la boite pour protéger mon butin, mais occupée sur la boite, je ne vis pas un objet plus grand et trébuchai avec, tombant tête la première dans le sable. Me retournant pour m'asseoir, je secouai vigoureusement la tête. Je n'avais pas eu mal mais avait le visage qui devait ressembler à un biscuit sablé. Agacée, je ramassai cet objet qui m'avait ainsi fait chuter …


    Soit gentil.le envers ce doux chaton ~
    [INTRIGUE I] PV Eloyse X7sa
    Eloyse
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Dim 25 Oct - 15:44
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Eloyse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_c10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mer 4 Nov - 23:11
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne

    [INTRIGUE I] PV Eloyse


    sfdr.jpg



    Juste un peu plus loin...

    Je regardais l’horizon après avoir ramassé la fibre de verre et l’avoir mise dans le sac. 

    « Tu… Tu souhaites de l'aide ? » demande la plus jeune. Je n’eus pas le temps de refuser qu’elle s’y mettait déjà. Je retins mon soupir cependant, elle me suivait comme un petit poussin suit sa maman, c’était mignon. Maman... Lionel…

    Mon regard se perdit dans l’horizon et je murmurai : « Où es-tu, Maman ? Je n'y arrive pas, j’y arrive pas à te remplacer. Lionel a besoin de toi… »

    Je ravalais mes larmes à la voix de la fillette : «Tu en veux ?» Je voulais travailler et non manger, mais mon ventre gargouilla et je ris avant de dire : «C’est vrai que j’ai cuisiné pour les deux zigotos aujourd’hui, mais que je n'ai rien avalé !» Je cessais de rire et pris un cookie. « Merci beaucoup !» Dis-je avec un doux sourire heureux d’une manière enfantine que je corrigeais de suite : « Bon au boulot ! » J’allais me remettre au travail quand la petite fille trébucha sans que j’eus le temps de la rattraper. 

    «Ça va ?» Accourais-je vers elle avec une inquiétude de mère, que voulez vous, j’en étais une de substitution depuis presque cinq ans à présent !

    Elle remua la tête comme un petit chiot pour chasser le sable de son visage. Je sortis attendrie un mouchoir en tissu de ma poche et lui mis sur le nez. Quand je me souvins qu’elle était plus âgée que Lionel et avait dans les environs de mon âge, je balbutiai des excuses et lui mis le mouchoir dans la main, elle pouvait se moucher seule à son âge ... Mais la gêne passa vite et je lui dis dans un rire : «Désolée, c’est juste que j’ai trop l’habitude avec le petit ! » 

    Je la vis ramasser le morceau de cuir coupable de sa chute et m’écroulais-je non loin d’elle dos sur le sable sous le ciel étoilé. 

    « Petite pause !» Annonçais-je en baillant, j’étirais tous mes muscles avant de poursuivre : «Tu crois que tous ces débris viennent d’un autre endroit où il y a des êtres vivants ? » Je restais songeuse si c’était le cas peut-être que Mère était vivante ! Moi... Je ne savais pas qu’en penser, je désirais de tout mon cœur la revoir, mais une fureur sans nom s’y mêlait ainsi que beaucoup de culpabilité.

    Maman… Où es-tu ? Je te croyais morte, mais il y a ces trucs sur la plage alors je ne sais plus qu’en penser, y a t-il vraiment un ailleurs où tu serais ? Et si oui, pourquoi encore aujourd’hui, j’attends ton retour ?

    Je sentis mes yeux me piquer et secouais la tête. Quittant l’océan étincelant de nuit du regard, je sortis de ma poche, un petit flacon de Lionel à la fillette pour faire des bulles de savon, il en avait tellement que l’on en retrouvait partout dans l’appartement. Celui-là, j’avais oublié de le lui rendre après avoir nettoyé notre foyer.

    Avant de lui en faire don je m'exclamais : «Tiens, je te le donne, regarde, suffit de faire ça !» Je soufflais dessus et des bulles transparentes s’envolèrent reflétant en elles les lueurs pourpres du soleil couchant.

    Je lui souris dans un : «Repose-toi, mais tu es sûre que personne n’est inquiet en ce qui te concerne ?»

    Moi, Papa était trop dans son monde pour l’être et Lionel avait cinq ans et depuis deux-trois ans que je travaillais au noir le soir, il avait pris l’habitude, un quotidien qui s’était installé, j’étais devenue la responsable à dix ans de ces deux gaillards au départ de Maman.

    Mais cette fillette n’était peut-être pas dans ma situation, en attendant sa réponse, je ramassais un nouvel objet. 

                                                                                                                          



    © A-Lice | Never-Utopia



    [INTRIGUE I] PV Eloyse Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mer 4 Nov - 23:11
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Rise' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_a10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Dim 8 Nov - 13:47
    Eloyse
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    Messages : 11
    Date d'inscription : 20/10/2020
    Fruit / Légume : citron
    Métier/Etude : collégienne
    Laissant seul mes parents à la maison, je vins me promener sur la plage où je trouvai une jeune demoiselle, à peine plus âgée que moi, cherchant des objets crasseux dans le sable. Bien vite, je lui proposai mon aide mais ne lui laissa pas le temps de répondre que, déjà, je me mettais au boulot. La tête perchée sur le sable et la boite de cookies sous le bras, je l'entendis marmonner quelque chose. Lui jetant un œil, je voyais qu'elle semblait triste et loin d'avoir une vie facile. La pauvre, je la plaignais. Souhaitant tenter de lui remonter le moral, je vins lui proposer de prendre un cookies. Son estomac répondit gentiment pour elle et je riais doucement à entendre ce bruit. Elle même en riait et m'expliqua qu'elle avait cuisiné pour deux zigotos mais par pour elle. Sa maman ne cuisinait pas ? Elle devait être malade. Il m'était déjà arrivée de cuisiner quand la mienne n'en était pas capable. Il fallait mieux éviter de laisser papa toucher une casserole. La dernière fois qu'il y avait touché, il avait bien failli empoissonner toute la famille… Avec de simples pâtes ! 

    J'eu un léger sourire en y pensant et voulu me remettre au boulot. En me tournant et en fermant correctement la boite, mon pied se prit dans un objet et je tombai tête la première dans le sable. Dans mon dos, j'entendis ma nouvelle amie venir à moi, inquiète, comme ma maman pouvait l'être. M'asseyant, je secouai la tête pour me débarrasser du sable et sentis un mouchoir se poser sur mon nez. Ouvrant un œil, je vis le regard penaud de la demoiselle qui vint finalement le poser dans ma main, s'excusant, me parlant du "petit". Doucement j'en riais et m'essuyai correctement le nez et le visage. Par chance, je n'en avait pas eu dans le nez. Je me demandais qui était le petit, mais cela devait être son petit frère. Elle semblait gentille et très vite inquiète… comme maman ! Je lui rendis ensuite le mouchoir.

    Toujours silencieuse, je ramassai l'objet qui m'avais fait trébucher. C'était un objet dur mais extrêmement souple; du cuir. Pas étonnant que j'étais tombé à cause de lui. Regardant ma nouvelle amie, je lui donnai enfin de mes nouvelles pour la rassurer , riant de la situation :

    - ça va. C'est même trèss bon le sable pour la peau. J'aime bien me jeter la tête dans le sable des fois, ça m'arrive !

    Si après ça, elle me prenait pas pour une folle, c'est qu'elle l'étais elle aussi. Me préparant à me lever, elle vint s'asseoir à mes côtés, me demandant ce que je pensais des morceaux de débris. Regardant autour de nous, je tournai mon regard vers la mer et déclarait doucement :

    - Tu crois aux humains toi ? S'ils existaient… Peut-être… Peut-être que ça pourrait être eux, non ? Oui, j'ai tendance à aimer croire aux légendes !

    Riant un peu plus, là elle me fuirait au vue de ma folie. Qui croyais encore ce genre de légende ? Moi déjà ! Soudain, je vis apparaitre devant mon nez un pot à bulle. Regardant ma nouvelle amie, je vis qu'elle me le tendais. Elle m'expliquai vite comme ça fonctionnait et je levai un sourcil, légèrement frustrée. Elle me prenait pas pour une folle. Juste pour une débile en fait. Je parvins finalement à calmer et cacher ma frustration d'être ainsi rabaisser en disant :

    - Je sais comment ça fonctionne. Mais, chez moi, il n'y a même pas besoin du tube, papa arrive à faire des bulles en dormant !

    Néanmoins, je pris le tube et soufflai quelques bulles. Je pouvais nier que j'aimais bien voir ses ronds s'envoler. La majorité du temps, je les laissais s'envoler en évitant de les péter. Je me disais souvent que, certaines, iraient dans le monde des humains. Entre temps, elle vint me demander si personne n'était inquiet pour moi et je secouai doucement la tête :

    - Non, papa et maman sont ensemble et me font confiance. Et si je venais me perdre ou que j'avais un problème, du genre, une chute dans le sable, je pourrais toujours les contacter par télépathie !

    Soufflant de nouvelles bulles, je vis du coin de l'œil le regard de la demoiselle s'assombrir un court instant. Elle cherchait à cacher sa tristesse. Voulant lui remonter le moral, je lui dit :

    - Quand, enfant, j'étais triste, maman aimait bien souffler dans les tubes à bulle et espérer me voir courir après. Mais ça n'est jamais arrivée. Et pourtant, elle me disaient que ça remontait le moral. Donc ça t'intéresse de courir après les bulles que je soufflerais ?

    Me levant, je vérifiais la zone pour être sur qu'elle ne vienne pas à tomber… Ou se blesser. Voyant un débris plus gros, je le retirai vite et soufflai doucement une première floppée de bulle !


    Soit gentil.le envers ce doux chaton ~
    [INTRIGUE I] PV Eloyse X7sa
    Eloyse
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Dim 8 Nov - 13:47
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Eloyse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_f10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 9 Nov - 15:44
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne

    [INTRIGUE I] PV Eloyse


    sfdr.jpg


                                                     
    Et si tu comprends déjà tout ce qu’elle vit c’est que tu es trop vieux je pense !

    « Non, papa et maman sont ensemble et me font confiance. Et si je venais à me perdre ou que j'avais un problème, du genre, une chute dans le sable, je pourrais toujours les contacter par télépathie ! » dit-elle en riant. Je lui souris doucement sans répondre mais décidément ces adultes, on est bien plus mûres qu’eux ! Pensai-je.

    Je la laissais poursuivre après quelques bulles de savon.
                                                                                                                                                     
    « Quand, enfant, j'étais triste, maman aimait bien souffler dans les tubes à bulle et espérait me voir courir après. Mais ça n'est jamais arrivée. Et pourtant, elle me disait que ça remontait le moral. Donc ça t'intéresse de courir après les bulles que je soufflerais ? »


    « J’ai du travail mais pourquoi pas ? Mais je ne suis pas triste t’inquiète ! » dis-je tout sourire.

    C’était un mensonge pour la tristesse, mais ce mensonge là je le faisais aussi à moi-même. Car Papa et Petit Lionel comptent sur moi !                                                                                                    

    Mais d’abord répondre à ses questions et paroles précédentes.

    « Les humains ? Comme Ania bidule dont on a parlé en cours ? Je ne sais plus son nom, j’étais trop fatiguée ce jour là ! » riais-je joyeusement sans me moquer cependant, juste pour désamorcer les soucis qui me trottaient en tête et justifiaient mon épuisement.
             
    C’était rare, d’ailleurs, que j’avoue ma fatigue mais cette enfant me donnait l’impression que je pouvais lui faire confiance. Je ne savais pas pourquoi cette sensation inhabituelle, moi qui suis toujours sur le qui-vive. Je me sentais en sécurité avec elle au même titre qu’avec Paola et Enric mes meilleurs amis qui passaient à présent au lycée, pas moi. L’amertume de cette pensée me fit grimacer et je passais une de mes mèches de cheveux bicolores derrière mon oreille.

    « Je ne connais que peu la légende des humains ! Mais si tu veux bien ça m’intéresserait que tu me la racontes ! » m’exclamai-je. Je lui fis un clin d’œil : « Et ça doit être fun à voir les bulles en dormant ! Lionel en faisait bébé, j’avais dix ans lui quelques mois, je me souviens que j’ai paniqué, j’ai appelé le pédiatre direct craignant un Rhume. Mais c’était juste je pense un don chez lui ! Je débutais faut dire ! »

    Je parlais comme si apprendre à prendre soin d’un bébé à dix ans était normal justement car pour moi ça l’avait été, et l’est encore, Lionel a beau se prétendre grand il est encore un grand bébé ! Au même titre que Papa d’ailleurs. Mais Papa n’a pas l’excuse d’être en maternelle.

    Je m’aperçus qu’elle avait dégagé la piste pour moi, je lui murmurai un merci !
                                                                                                                                 
    J’allais danser avec les bulles ! Attendant son signal je pris un air déterminé tout en gardant mon sourire amusé je lui lançais cette phrase plus que motivée : « Allez je suis prête à courir mais après tu me raconteras la légende des humains, d’accord ? »

    Juste ce soir, juste pour quelques instants, j’allais m’accorder le privilège de l’insouciance, le temps d’une bulle de savon sous les étoiles, j’allais me permettre de rire telle une enfant, puis la vie reprendrait son cours, les responsabilités avec.            

    Les étoiles commençaient à poindre alors que j’attendais son signal pour courir, pour respirer à plein poumons la vie avant de retourner travailler pour maintenir le bateau famille à flot.
    Je ramassais un objet près de moi remarquant qu’il avait été oublié et me remis en position prête à courir, prête à danser !


    © A-Lice | Never-Utopia



    [INTRIGUE I] PV Eloyse Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 9 Nov - 15:44
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Rise' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_f10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 9 Nov - 16:17
    Eloyse
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    Messages : 11
    Date d'inscription : 20/10/2020
    Fruit / Légume : citron
    Métier/Etude : collégienne
    Alors qu'elle me semblais si triste, je vins lui proposer de courir après quelques bulles. Ma maman m'avait toujours dit que cela remontait le moral, alors pourquoi pas à elle ? bien qu'elle avait encore du travail, elle accepta, me précisant qu'elle n'était pas triste. Donc cela devait être mon imagination je supposais, pourquoi m'aurait-elle dit ça si ça n'était pas vrais ? Elle commença ensuite à me répondre à mes question précédentes et je réalisai qu'elle n'y avait, en effet, pas encore répondu. Parlais-je tout le temps si vite au point qu'elle ne puisse y répondre ? À cette pensée, je rougissais légèrement de gêne. Elle me demanda si les humains c'était bien comme Ania bidule. Je levai un sourcil. Je connaissais bien des Ania, mais une Ania qui aurait un lien avec les humains ? Et pourtant, ce nom ne m'était pas inconnu, il résonnait dans ma tête, j'arrivais à entre-apercevoir le prof qui nous parlait de quelqu'un… Voir de même, je voyais ce nom dans un livre que j'avais du étudier. Mais à chaque fois, j'étais ailleurs… Ou endormis, qu'en savais-je ? Je secouai la tête :

    - Je saurais pas te dire, je ne vois pas ou plus qui est cette Ania, mais je te parlerais volontiers des légendes qui entourent les humains !

    Elle ne me prenait pas pour une folle, mais était-ce mieux d'être pris pour une débile? allez savoir. La laissant me parler de son petit frère, je lui dégageai doucement la zone pour en retirer ce qui pouvait être dangereux, un particulier un morceau de verre. Il y en avait tellement sur cette plage. Je m'arrêtai néanmoins quand je remarquai qu'elle semblait avoir appelé le pédiatre pour son frère. Pourquoi pas sa maman ? Ou son papa ? Pourquoi elle ? Prise à remuer ses pensées, je sursautai quand elle me remercia et je dus réfléchir la raison du merci. 

    Je souris doucement, murmurant un rapide "ce n'est rien" et me mettre sur le côté. Me mettant pied nus pour gouter la chaleur du sable, je vint lancer la première volée, ainsi le signal pour qu'elle puisse jouer, s'amuser en courant. Préparant la seconde volée de bulles, je les soufflai mais m'arrêtai à mi-chemin du jet complet, un objet me torturant la plante des pieds. Le prenant et le jetant avec les autres, je la rassurai vite :

    - ça n'est rien, ne t'en fait pas. On continue puis je te parlerai des humains !

    Continuant quelques volées, je souris puis lui dit avec un sourire :

    - Et maintenant, je te parle des humains ?

    M'asseyant, je lui souris, l'invitant à s'asseoir prés de moi que commence les contes !

    Spoiler:
    Je... Désolé, c'était trop mignon que Rise souhaite jouer, je devais déjà répondre T^T


    Soit gentil.le envers ce doux chaton ~
    [INTRIGUE I] PV Eloyse X7sa
    Eloyse
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 9 Nov - 16:17
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Eloyse' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_c10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 16 Nov - 1:04
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne
    lma4.jpg
    «Little child, be not afraid
    Though rain pounds harshly against the glass
    Like an unwanted stranger
    There is no danger
    I am here tonight»
    « Je saurais pas te dire, je ne vois pas ou plus qui est cette Ania, mais je te parlerais volontiers des légendes qui entourent les humains ! » Dit la fillette en secouant la tête négativement.

    Et le jeu commença après un « ce n'est rien » de la fillette que je ne compris pas mais peu importe la première salve de bulles étaient lancée, tout sourire,  je fis un saut comme je m’étais beaucoup entraînée en regardant la classe de musique, j’aurais aimée en faire partie, mais j’avais déjà du mal à joindre les deux bouts.

    Je poursuivais les bulles sur la pointe des pieds,  comme elles  je tournais dans le vent. L’air marin fouettait mon visage, cela sentait le sel et les algues. Le ciel était empli d’étoiles et le chant des goélands accompagnait ma poursuite dansante.

    De nouvelles bulles arrivèrent, le vent s’était fait plus fort, plus froid aussi, mais peu importe, je tournais avec les bulles, je sautillais avec le Vent les portant, le sable emplissait mes baskets et massait mes pieds, la lueur de la lune baignait ma danse et le bruit des vagues et des oiseaux nous accompagnaient moi et les bulles, au dernier bond, je levais la tête vers le ciel et ne pus m’empêcher un rire de bonheur enfantin, ça y est, j’étais une étoile. Puis les bulles éclatèrent et essoufflée, j’admirais le ciel empli d’étincelles merveilleuses et murmurai : «  Quelques instants, j’ai été une étoile ! »

    Je me retournais vers la petite fille très heureuse : « Tu as vu ? Tu as vu ? J’ai dansé comme une étoile ! »

    Je n’avais pas entendu sa phrase précédente trop occupée à danser, à me sentir presque voler.

    «  Et maintenant, je te parle des humains ? » Demanda la fillette, je m’écroulais près d’elle essoufflée, mais heureuse. « Merci pour ce moment ! » Lui-dis-je.

    Je perdis mon regard dans la voûte céleste quand des pleurs d’enfants se firent entendre. Je me levais d’un bond et vis Lionel des larmes plein ses yeux rouges avec dans ses bras un bébé aux cheveux marrons clairs et aux yeux de la même couleur.

    Je laissais Lionel s’écraser dans mes bras en modérant son atterrissage pour le bébé en ses bras. Je les câlinais un instant puis quand il fut calmé, je pris le bébé en mes bras le serrant contre moi pour le réchauffer, l’apaiser aussi, le bébé à son tour se réconforta et bailla. Lionel, cinq ans s’assit près de moi après un timide regard à la jeune fille qui était à mes côtés.

    « C’est mon amie, ne t’inquiète pas ! » Dis-je à Lionel à propos de la coéquipière de travail sur la plage emplie de trucs et machins. J’adressais un sourire à celle-ci. Lionel semblait épuisé de sa course, la tête sur mes genoux, il s’était écroulé de sommeil. Je caressais doucement ses cheveux noirs et fins, je m’aperçus alors qu’un papier dépassait de sa poche.

    Je le lus à voix haute, j’avais besoin qu’Eloyse entende, cela me rassurait sans savoir pourquoi.

    « Chère Rise,
    Tu étais si petite à mon départ.
    J’espère que ton papa s’occupe bien de Lionel et toi !
    Je te demande pardon de n’avoir pas pu aller vous voir plus tôt.
    Je crois, qu’être Maman, c’est trop dur pour moi.
    Je te présente ta demi-sœur Cassidie.
    J’ai eu une aventure avec un Marron, mais il est parti au bout d’une nuit.
    Cassidie a six mois. Je suis sûre que ton papa pourra veiller sur elle.
    Moi, je ne le peux pas.
    Je vous demande pardon.
    Maman. »

    Je sentais mes yeux me piquer et ne pus retenir mes larmes. Je voulais crier que je la haïssais, que j’aurais préféré qu’elle ait pris la mer comme elle disait et en soit morte. Papa devait être effondré à la maison. Lionel bougea et me demanda encore tout ensommeillé : «  J’ai vu Maman, Grande-sœur, elle était belle comme tu m’avais décrit, j’ai voulu la câliner, j’étais si heureux, mais elle m’a repoussé et je suis tombé sur les fesses puis elle a déposé le bébé dans les bras de Papa, Papa me l’a confié car j’ai cinq ans ! Je suis grand hein grande-sœur ? Puis, Papa, il a couru après la voiture de maman, mais il n’a pas réussi à attraper la voiture, elle allait trop vite ! Puis Papa, il est allé sur le canapé et il a pleuré, je lui ai fait des gui-lis, mais il a continué de pleurer quand même… Il a dit que t’étais à la plage quand je lui ai demandé alors je suis allée te voir avec le bébé ! J’ai bien fait non ? »

    Je me balançais doucement pour le bercer dans un doux : « Oui, tu as bien fait »

    Le visage de mon petit frère se mouilla de larmes : « Le Roi Hibou a dû retrouver Maman puisque je l’ai vu, mais elle m’a poussé... Est ce que je n'ai été pas sage ? » Je le berçais sans un mot. Il agrippa mon tee-shirt luttant contre le sommeil en larmes : « Tu ne partiras jamais toi hein ? Tu jures hein ? » Je jetais un coup d’œil à Cassidie, elle grelottait, je la serrai un peu plus contre moi, ses tremblements cessèrent. « C’est juré ! » Murmurai-je à Lionel qui se rendormait sur mes genoux.

    Je m’allongeais en faisant attention à ne pas brusquer les petits et ne dis pas un mot quelques secondes.

    « Je m’appelle Rise, lui, c’est Lionel, et le bébé, c’est Cassidie ! » Lui expliquai-je perdant mes yeux dans les étoiles.

    « Raconte-moi les humains s’il te plaît ! » Demandai-je à Eloyse doucement. «  Mais avant...Promets de ne rien dire ou on nous séparera, j’ai élevé Lionel, je prendrai un autre job, Cassidie ira à la crèche, ce ne sera pas mon premier bébé. Mais je ne veux pas que notre famille soit séparée ! Même si Papa ne gère rien et que Maman est une lâcheuse ! »

    J’éclatais en sanglots et demandais à nouveau à Eloyse : « Raconte-moi une histoire d’humains s’il te plaît ! »

    Je pleurais encore le regard dans les étoiles, le bébé et Lionel sur moi. Lionel suçait son pouce en agrippant mon tee-shirt, il dormait du haut de ses cinq ans, le bébé s’était blotti contre mon tee-shirt et elle aussi dormait.

    Je n’étais qu’une collégienne et me voilà avec un autre bébé à veiller. Eloyse devait me trouver bizarre et irresponsable de vouloir tout assumer ! Peut-être qu’elle se disait que j’étais une enfant égoïste de vouloir garder ma famille unie, mais moi, moi, je voulais juste qu’ils sourient même si Maman nous abandonnait encore une fois. Tout irait bien et pourtant, je n’arrivais pas à arrêter de pleurer.

    Alors que mes larmes baignaient les étoiles, je retirais un objet près de moi et m’allongeais un peu mieux.

    « Raconte-moi les légendes des humains s’il te plaît ! » Répétai-je malgré mes larmes silencieuses.

    Des larmes d’une enfant qui voulait tout assumer pour que sa famille ne se brise pas un peu plus. Maman ne reviendra pas mais Papa, Lionel, Cassidie , vous pourrez compter sur moi ! En cet instant, cependant, j’avais tellement besoin d’être réconfortée moi aussi.

    Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


    [INTRIGUE I] PV Eloyse Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 16 Nov - 1:04
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine
    Le membre 'Rise' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


    'Intrigue I' :
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Dzos_b10
    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 16 Nov - 14:32
    Eloyse
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    Messages : 11
    Date d'inscription : 20/10/2020
    Fruit / Légume : citron
    Métier/Etude : collégienne
    Alors que je lançais doucement les vagues de bulles, Je souris voyant ma nouvelle mie à commencer à courir, danser. Jouer en travers ces bulles qui s'envolait. En fait, elle ne dansait pas. Elle volait, telle un oiseau. Telle une étoile. Je la regardait s'amuser, s'éclater. En cette instant, elle perdait son sérieux, sa rigueur. Elle redevenait un enfant. L'enfant qu'elle était. Les enfants que nous étions. Soufflant mes bulles, je riais moi aussi. riais de sa joie si contagieuse. Mes pieds nus me démangeais de la rejoindre. Mais je ne pouvais pas, je soufflait, la faisait danser. La regardait jouer, s'amuser. Être enfantine au moins une fois cette nuit !

    arrêtant de souffler mes bulles, je la laissai doucement profiter de ces instants d'éclats où les bulles explosaient, disparaissaient dans d'intense jeu stellaire. Se tournant vers moi, mon amie vint me demander si je l'avais vu danser, telle une étoile. Un sourire aux lèvres, je secouai la tête :

    - Tu n'as dansé telle une étoile. Tu as brillé, tu as volé telle l'étoile que tu étais en cette instant. Tu étais la plus brillante de toutes les étoiles !

    Essoufflée, elle vint s'écrouler prés de moi alors que j'allais raconter l'histoire des humains. Me préparant à répondre à ses remerciements, je fus interrompus par des pleurs d'enfant. Me tournant vers la source des larmes, je vis deux enfants approcher. Un de 5 ans , tenant un bambin dans ses bras. Je regardai ces enfants surprise. Ils étaient perdus ? Le plus grand vint se jeter dans les bras de La demoiselle avec qui j'avais fait connaissance. Me présentant à l'enfant, je les regardais souriante. Elle le connaissait ? Cela devait être son petit frère. Mais pourquoi étaient-ils venu ? C'était dangereux, il faisait noir, sombre. Froid !

    Je vis la demoiselle sortir un bout de papier de la poche du bambin et commencer à le lire à haute voie. Au fur et à mesure de sa lecture, je perdais doucement mes émotions, je devenais vide. La joie qui m'animais habituellement disparu, mon bonheur. L'excitation des bulles. Pour moi, la vie perdit toute saveur. Elle… Sa mère les avait abandonnée. La lecture finie, elle parlait doucement avec l'enfant de 5 ans. Mais les paroles qu'ils échangeaient entre eux n'avaient, pour moi, plus aucun sens. Pour moi, ces mots, ces phrases étaient vide de sens. Par télépathie, je sentis mes parents. Malgré la distance, je les entendaient me parler difficilement, mais je ne les entendaient pas. Ne voulaient pas les entendre. Ils devaient ressentir mes... Que ressentais-je moi même ? Que pouvaient-ils sentir venant de moi alors que je ne ressentais, moi-même plus rien. La fille S'allongea dans le sable et murmura quelques mots. Je n'en compris pas le sens et pourtant parvins à murmurer un mot, sans que j'en comprenne le sens :

    - Eloyse 

    Que lui avais-je dit. Quel était ce mot, je ne savais pas. Enfin, si je le savais mais n'arrivais pas à m'en rappeler. J'étais comme une étrangère devant cette scène qui ne devait pas arriver à qui que ce soit. cela devait être un cauchemar. Oui, c'était ça, et j'allais me réveillée et aller pleurer ma peur auprès de mes parents qui me remonteraient le moral. Je n'était pas aller à la plage en cette nuit, j'étais allé dans mon lit et je dormais. c'était ça, non ? Se redressant, la jeune fille vint me demander quelque chose. Inconsciemment, comme absente, je hochai la tête. elle m'avait demandé de lui promettre quelque chose, quoi, qu'avais-je du lui promettre ? Je ne le savais pas, mais je savais que je devais le lui promettre. Les larmes aux yeux, elle me redemanda à nouveau quelque chose; lui parler des humains. Qu'étaient-ce que ça, les humains ? Pourquoi devais-je lui en parler ? Je la regardait s'allonger alors qu'elle me demandai une deuxième fois de lui parler des humains. Ou peut-être une troisième fois. Je sentais par télépathie mes parents paniquer. Mon père, je le sentais, s'habillait. Il voulait venir, allais venir. Pourquoi voulait-il venir ? Je me préparai à le lui demander qu'une voie plus forte, plus puissante me sonna avec vigueur :

    - gamine !

    Ce simple mot, cette simple expression brisa le mur que je m'étais construit par accident. Mais loin d'en avoir fini, cette voie revint à la charge :

    - Debout gamine. Tu es perdue et inquiète mais tu vas te reprendre. Sinon qui va pouvoir faire chier tes profs cette année ?

    D'un seul coup, d'un simple retour du passé, je repris ma respiration. Je ressentis de nouveau mes émotions. La joie de l'entendre laissai place à une immense tristesse. J'étais triste pour Rise, qu'elle doive ainsi tout endurer seule. Secouant la tête pour me rafraichir, je lançai un message rapide à mes parents. Un demi ordre :

    - Ne venez pas, je vous promet de vous expliquer… Et désolé !

    Retirant la veste que m'avais prêté Rise, je la lui tendit :

    - Tient, reprend la. Je pense qu'ils en ont plus besoin que moi !

    Chez moi, je sentis mes parents enfin se calmer, juste mon père qui souhaitais venir voir que tout allait en effet mieux. Tentant de l'empêcher de venir, je souriais à Rise et répondit enfin à sa demande :

    - Je… Oui, parlons des humains !

    Fermant les yeux pour respirer un grand coup, j'entamais doucement mon histoire. La légende, n'était pas ce qui m'était raconté. C'était ce que je voulais raconter, je voulais remonter le moral de Rise !

    - La légende des humains commence très loin d'ici. Par delà la mer qui est à côté de nous, par delà l'horizon.[…]

    Je commençais simple. Mais mes phrases, mes mots étaient hésitant. Mais je ne devait pas être hésitante !

    - […] Là bas, nul ne connais le tristesse. Chacun est heureux et goute au bonheur. Il est dit que les humains sont beau, aucun n'est vu comme moche, aucun n'est moqué de son physique et chaque différence qui serait vu comme rendant moche sera vu comme une preuve de beauté.[…]

    Doucement, mon histoire devenait moins hésitante. Plus sur. Je commençais à prendre la poussée. Mon père, lui, je sentais qu'il se calmait. Il ne viendrait plus tant que je ne refaisait pas de crise pareil. Je regardais Rise, je regardais les 3 enfants qui me faisaient face. Je continuais l'histoire !

    - […] Nul n'est seul, tout humain à au moins un ami. Chacun enfant à ses parents. chacun a quelqu'un a aimé s'il le souhaite et chaque parents a un enfant . Là bas, il n'existe aucun orphelin. Tout enfant est adopté. Chacun est heureux. […]

    Mes mots étaient sur, ne tremblait plus. Masi ce que je racontais, était-ce la légende des humains ? Peut-être, peut-être pas. En tout cas, c'était la mienne !

    - […] Et là bas, je suis sur, une humaine, se bat ardemment pour remplacer ta maman. Et un jour, elle viendra et tu ne seras plus seule à t'occupée de ta famille. J'en suis sur !

    Epuisée d'avoir raconté. Non, inventé, je me laissai tomber dans le sable observant quelques secondes les étoiles avant de me redresser, observant Rise :

    - Je… Tu… Je… Raaah 

    Je secouais la tête rageusement. Je voulais lui dire quelque chose, mais quoi ? Soupirant, je lui dit :

    - Je… désolé, je… J'étais en panique . Tu gères ton frère depuis longtemps ?

    La laissant répondre, j'observais par dessus son épaule une silhouette au loin. Était-ce lui? Clignant des yeux, je vis qu'elle avait disparu. Avais-je rêver ? Réalisant soudain que quelqu'un nous avait peut-être vu, je regardais Rise et lui dit en me relevant :

    - Je… Je pense que tu devrais rentrer. Imagine que quelqu'un vienne… Et nous voie !

    M'approchant d'elle avec un sourire, je lui demande :

    - Je… Tu veux de l'aide ? Je peux t'accompagner chez toi pour t'aider si tu souhaites !

    Je ne pouvais. Ne voulait pas la laisser seule. Par télépathie, je prenais assez vite le culot de demander à mes parents pour dormir chez une amie. Mon père me lança rapidement une pique plus taquine, me demandant, faussement surpris, si j'avais une amie. Mais je pouvais dormir chez Rise, je ne voulais pas la laisser seule. Elle avait besoin d'aide !


    Soit gentil.le envers ce doux chaton ~
    [INTRIGUE I] PV Eloyse X7sa
    Eloyse
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Lun 23 Nov - 23:05
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine

    Cocktail Explosif I-I - la plage

    Non loin, un petit objet rouge luisait timidement. Les vagues lui caressait le flan, il attendait, patiemment. Sur sa surface métallique balafrée par l’eau de mer, on pouvait y déchiffrer une écriture à demi effacée. Mais cette langue n’est pas celle des fruits de Tropica, elle parvenait du passé ou du présent, personne ne pouvait le savoir. Il résidait en son sein un fragment du temps, d’un appel à l’aide des défunts.

    C’était une boîte de Pandore.

    Un Raisin remettait sa mèche violacée et entendit les pleurs de Rise. Il se rapprocha doucement, soucieux du bienêtre des participants à la chasse au objet. Il n’avait pas vu la boîte rouge, il ignorait encore son existence. Lorsqu’il fut à leur portée, Il demanda :

    « Est-ce que tout va bien ? »

    _______________________________________


    HRP : Bravo ! Vous avez trouvez le Cube Rouge. Votre rp doit se terminer en donnant l’objet au garde côte. Ce PNJ étant un personnage d’intrigue, il est formellement interdit de le faire jouer. Considérez-le comme un joueur.

    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mer 25 Nov - 22:49
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne
    stiw.jpg
    «Les humains c’est bizarre ! »
     «La légende des humains commence très loin d'ici. Par delà la mer qui est à côté de nous, par delà l'horizon. […] Là bas, nul ne connais le tristesse. Chacun est heureux et goûte au bonheur. Il est dit que les humains sont beaux, aucun n'est vu comme moche, aucun n'est moqué de son physique et chaque différence qui serait vu comme rendant moche sera vu comme une preuve de beauté.[…]
    […] Nul n'est seul, tout humain à au moins un ami. Chacun enfant à ses parents. chacun a quelqu'un à aimer s'il le souhaite et chaque parents a un enfant . Là bas, il n'existe aucun orphelin. Tout enfant est adopté. Chacun est heureux. […] Et là bas, je suis sure, une humaine, se bat ardemment pour remplacer ta maman. Et un jour, elle viendra et tu ne seras plus seule à t'occuper de ta famille. J'en suis sûre ! »
    raconta la jeune fille d’environ mon âge au début hésitante puis de plus en plus sûre de ce qu’elle disait.

    Lionel qui s’était éveillé au début de l’histoire semblait réfléchir .
    « Les humains c’est bizarre moi je ne veux pas qu’on remplace ma maman !  Ça ne se remplace pas une maman ! » finit-il par s’exclamer avant de continuer en larmes  dans un murmure coupable, qu’il voulait que Maman revienne et lui pardonne, suite au geste de rejet que lui avait fait vivre mère. Il n’avait que cinq ans, je ne la détestais que plus encore suite à cela. Je m’assis en faisant attention au bébé dans mes bras et instinctivement Lionel s’assit sur mes jambes, je me balançais doucement pour le calmer.

    Eloyse qui s’était allongée sur le sable face aux étoiles quelques secondes se redressa et me parla, enfin essaya : « Je… Tu… Je… Raaah » Ma camarade, c’était probablement aussi une collégienne, secoua la tête et continua : « Je… désolé, je… J'étais en panique . Tu gères ton frère depuis longtemps ? » Après un « Pas de soucis ! Et depuis mes presque dix ans. » Je jetais un coup d’œil inquiet à Lionel en enveloppant Cassidie dans ma veste, du haut de ses quelques mois elle grelottait.

    «  Ça veut dire quoi Gérer ? » me demanda Lionel tourné vers moi, regard à regard, le sien était si inquiet que cela me fit mal. Je lui caressais ses fins cheveux sombres berçant Cassidie au creux de mon autre bras et lui dis doucement : « Ça veut dire rester près de toi. » « Et ça te fait du mal ? Maman ça lui fait du mal non ? » Je sentis les larmes remonter à ses mots mais les ravalais dans un doux : « Ça ne me gêne pas tu es un petit garçon merveilleux. » « Et Cassidie ? » s’inquiéta le jeune enfant  encore en plein désarroi. « Cassidie est notre mousse ! Toi tu gagnes en niveau, tu deviens marin-hibou ! » Le sourire innocent et radieux réapparut sur les lèvres de Lionel qui se retourna vers Eloyse : «  Tu as vu ? Tu as vu je suis un marin-hibou à présent ! »  Il caressa de sa joue affectueusement  mon bras dans un : « Grande-sœur c’est la capitaine car elle nous aime fort ! »      

    « Je… Je pense que tu devrais rentrer. Imagine que quelqu'un vienne… Et nous voit ! »


    Je haussais les épaules dans un : « Il suffira de lui mentir ! » Lionel s‘exclama  sautant sur ses petites jambes : « Grande-sœur elle dit que faut pas mentir sauf si ça permet qu’on reste tous ensemble ! Moi j’ai pas droit mais elle c’est notre capitaine alors c’est pas grave si c’est pour nous protéger ! »

    « Je… Tu veux de l'aide ? Je peux t'accompagner chez toi pour t'aider si tu souhaites ! »
    dit ma camarade. J’hésitais mais comme le bébé grelottait  j’acceptais de partir,  je trouverai un autre job pour aider à payer la cantine de Lionel à l’école.
                                                 
    Je lui tirai la langue en riant : « D’accord mais faudra apprendre à changer une couche ! » « Moi aussi je veux je suis grand ! Hein je suis grand ! » s’agita joyeusement Lionel. « Oui tu es un marin ! » surenchéris-je avant d’ajouter : « Et Eloyse c’est mon bras droit ! » Lionel regarda mon bras droit sans comprendre je ris : «  ça veut dire amie, Lionel ! » Le bébé en mes bras chouina dans son sommeil, je fis chut de mon doigt et faillis tomber de tout mon long, heureusement j’étais agile, en cognant du pied une lourde boîte rouge. Mon pied me faisait mal et je fusillais la boîte du regard. Je l’aurais envoyée valser de rage accumulée si je n’avais pas le bébé dans mes bras.

    « C’est peut-être un trésor ! » dit Lionel émerveillé en scrutant la boite de plus près.

    «  Cassidie a froid Lionel ! » soupirai-je.

    « On l’ouvre juste et on part ! » insista le petit garçon qui faisait un caprice c’était de son âge mais je manquais de patience suite à cette dure journée.

    « Lionel...On rentre ! »                                                                                                                
                                                                                                                                   
    « Non ! » s’écria le petit garçon.

    « Dis tu veux bien me tenir Cassidie ? J’ai un petit garçon capricieux à porter comme un bébé ! » demandai-je à Eloyse alors que Lionel boudait. Mais avant sa réponse , un adulte arriva.

    « Est-ce que tout va bien ? »  


    Je craquais et criai à l’inconnu : « C’est à cause de votre boîte là ! » Je soupirai et cédais à Lionel , j’étais épuisée. « Bon, on va la regarder puis on rentre ! » Dessus il y avait des écritures que je n’arrivais pas à lire c’était étrange et ma curiosité fut attisée alors que je berçais Cassidie qui avait commencé à brailler à ma mauvaise humeur du moment.

    Dessus des mots à demi-effacés étaient marqués : « Dis, je n’arrive pas à lire ce truc, tu peux toi ? »demandai-je le regard tourné vers Eloyse. Je me redressais dans un : « Eh vous l’adulte rendez-vous utile et aidez nous à voir un sens sur ce texte ! »

    J’avais repris mon aplomb et mon envie d’aventure habituelle, sans pour autant cesser de surveiller Lionel et Cassidie.

    Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


    [INTRIGUE I] PV Eloyse Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mar 22 Déc - 17:46
    Eloyse
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    Messages : 11
    Date d'inscription : 20/10/2020
    Fruit / Légume : citron
    Métier/Etude : collégienne
    Finissant de raconter la légende des humains, la première réaction fut celle de l'enfant qui s'opposa formellement à un remplacement de sa maman, ce que je pouvais comprendre. Il rajouta qu'il voulait qu'elle revienne et lui pardonne. Laissant sa sœur le rassurer, ma première pensée ne fut pas que c'était à elle de lui pardonner quelque chose mais à elle de se faire pardonner et mon regard se tourna vers Rise qui balançait doucement son frère pour le rassuré. Ayant moi aussi besoin de me calmer, je me laissa tomber dans le sable pour m'allonger et du m'y reprendre à deux fois pour demander à ma jeune amie depuis combien de temps elle gérait son petit frère. La réponse fut rapide et j'appris que cela durait depuis 10 ans. J'émis un tremblement à cette pensée, m'imaginant dans sa situation.? Aurais-je survécu ? Je n'osais imaginer

    Les entendant parler entre eux, je laissai mon regard partir ailleurs et cru voir quelqu'un au loin. Imaginant une personne nous voir ici je proposai de partir et de rentrer, ce que Rise refusa, argumentant que l'on pourrai toujours mentir. Son petit frère vint faire un commentaire et je sauta dessus, disant sans lui laisser vraiment le choix :

    - Lionel a raison, ça ne se fait pas de mentir !

    Lui proposant ensuite de l'aide pour juste rentrer chez elle, elle me prit au mot et vint me dire que je devrais apprendre à changer les couches et j'eu un léger bug à cette pensée. Je fus ramener à la réalité quand je vis Rise se cogner le pied contre un des trop nombreux détritus de la plage. La voyant commencer à se disputer avec son petit frère, je les observai, ne sachant que dire ou que faire, chacun ayant, à sa façon, raison et tord. Finalement Rise voulu me passer sa petite sœur mais un adulte arriva et interrompis son mouvement. S'emportant, elle lui cria dessus et avant que je puisse tenter de la calmer, son envie d'aventure revint et elle regardait la boite. Me penchant également, je lui répondit à la négative:

    - Absolument pas. ça me dit rien, je ne saurais pas t'aider désolé. 

    J'avais beau réfléchir, je ne savais pas par où commencer pour en trouver un sens !

    Spoiler:
    désolé du retard de réponse, je viens de passer une période de basse activité. Une période où j'ai aucune motivation, aucune imagination pour mes rp


    Soit gentil.le envers ce doux chaton ~
    [INTRIGUE I] PV Eloyse X7sa
    Eloyse
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Mar 5 Jan - 19:12
    Ania Bradford
    compte fonda' / PNJ
    compte fonda' / PNJ
    [INTRIGUE I] PV Eloyse Ania_310
    Messages : 149
    Date d'inscription : 18/03/2014
    Fruit / Légume : Humaine

    Cocktail Explosif I-I - la plage

    Devant les deux enfants, le Raisin semblait ennuyé. Il compatissait avec la Pomme et il ne tiquait pas à son ton agressif. Il regarda l’objet d’un air sérieux. Sur tous les déchets qu’il avait pu ramasser depuis des années, c’était la première fois qu’il voyait un objet aussi… Massif.

    Alors que la jeune Citron tentait de déchiffrer les symboles, le garde-côte s’était penché pour se mettre à la hauteur des deux demoiselles.

    « Je vais regarder, vous devriez rentrer, il se fait tard », déclara-t-il d’un ton égal.

    Il s’accroupit et se saisit de la boîte rouge. Elle était bien plus lourde qu’elle ne laissait paraître maintenant qu’il l’avait en main. Il fronça les sourcils en se redressant. Il se sentait un peu bête d’être aussi avancé que les enfants, mais peut-être que son supérieur en saurait un peu plus.

    « Je vais l’emmener pour éviter de vous blesser davantage… Faites attention à vous. »


    Il affichait un mince sourire avant de tourner les talons. Il rejoignit ses collègues qui annoncèrent peu après la fin du ramassage annuel.

    Cela aurait pu être une chasse comme les autres, mais au vu de l’air ahuri de son chef et des appels qui en suivirent, le Raisin se douta que cette trouvaille fût importante.

    Encore plus quand il entendit le nom du maire mentionné.

    Ania Bradford
    Liens pratiques
    [INTRIGUE I] PV Eloyse EmptyRe: [INTRIGUE I] PV Eloyse
    Contenu sponsorisé
    Liens pratiques
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum