Accueil
  • Rechercher
  • S'enregistrer
  • Connexion
  • Il y a plus de 2000 ans, vos ancêtres étaient attachés à leurs branches, tout comme n'importe quel végétal comestible. Il y a plus de 2000 ans, Ania Bradford les changea en êtres humains tout à fait acceptables (exceptées quelques différences). Seulement la prolifération beaucoup trop rapide de ces êtres fut vite incontrôlable, si bien que des mesures durent être prises. Un exil, un exil en Amérique, un exil sans retour. Vous voilà donc avec comme seul territoire le vaste continent Américain, vous continuez à y vivre, sans contact avec le reste du monde...

    Je suis Elvire, Un admin un peu con mais je suis gentil. Vous pouvez m'envoyer un MP là !
    Septembre 4050
    Ensoleillé

    Annonce

    Je suis Angélique, une admin qui sent la fraise et je vous aime déjà. Vous pouvez m'envoyer un MP là !

    Prédéfinis

    Georgette
    Epicée
    Lien

    Niko
    Sucré
    Lien

    Pearl
    Fade
    Lien

    Taylor
    Amer.e
    Lien

    Timmy
    Acide
    Lien

    Persy
    Sec
    Lien

    Un peu plus?

    Vie du forum

    Membre du mois : Eloyse
    Son profil | Sa fiche | Sa demande de RP

    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp

    Top

    Je suis Ania Bradford la déesse. Les top-sites sont à mes pieds.
    🍋 🍊 🍍 🍅
    Le Deal du moment : -34%
    Hauck Lit Parapluie Dream N Play – ...
    Voir le deal
    32.99 €

    Aller en bas
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Empty[Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Dim 31 Mai - 22:13
    Lou
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Al00
    Messages : 22
    Date d'inscription : 04/02/2020
    Fruit / Légume : fruit : Bleuet
    Métier/Etude : Lycéenne (Deuxième année à la rentrée)
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire D904

    « I'm trying to hold my breath J'essaie de retenir mon souffle Let it stay this way J'essaie de rester ainsi Can't let this moment end Je ne peux pas laisser ce moment se terminer You set off a dream with me Tu as provoqué un rêve en moi Getting louder now Il devient de plus en plus bruyant à présent Can you hear it echoing? Entends-tu son écho ? Take my hand Prends ma main Will you share this with me? Veux-tu partager ça avec moi ? »

    Lou caressait les cheveux verts, d’un petit garçon de douze ans endormi. Elle lui chantait une berceuse.

    « Madame la princesse tu pleures ? »

    C’était Théo, du groupe d’enfants qu’elle allait voir régulièrement depuis un an et demi, dés ses quatorze ans et demi, après sa tournée de six mois et le  moment où elle s’était relevée tant bien que mal de son deuil à l’hôpital. En fait, sa voix avait attiré vers elle ces cinq enfants dans la chambre de son frère de dix ans et demi dans le coma depuis deux ans et demi. Et Théo alors âgé de six ans et demi maintenant huit ans , lui avait posé la même question qu’aujourd’hui : « Madame la princesse tu pleures ? »

    Avant comme aujourd’hui de lui prendre la main et de la tirer avec douceur vers la salle de jeux secteur pédiatrie de l’hôpital après cette phrase qu’il venait de répéter aujourd’hui : « Le prince est endormi mais il va se réveiller, il lui faut du temps tu sais ! »

    Théo comme autrefois lui sourit, Lou déglutit comme autrefois dans un : «  Oui tu as raison ! Allons jouer ! » Maintenant à chaque visite de son frère elle allait voir ces petits fruits condamnés par des maladies incurables. Tumeurs graves pour Théo et Gabrielle et ce malgré les traitements, cancers avancés pour Nicolas et Kenny, mucoviscidose pour Frédéric, qui contrairement aux autres ne restait pas 24/24 à l’hôpital.

    Elle retrouva les cinq petites têtes dans la salle de jeux , tous vêtus de l’habituelle blouse bleue du secteur pédiatrie. Théo alla chercher un livre et lui tendit, la regardant intensément de son œil valide, l’autre n’avait pas aimé le dernier soin, mais depuis la dernière chimio...ratée, ses cheveux avaient repoussés, il en était très fier.

    Gabrielle cinq ans leva la tête et lui sourit, elle s’amusait à découper un cœur avec des ciseaux d’écolier dans du papier rose.  Frederic sauta littéralement sur Lou du haut de ses quatre ans en brandissant fièrement un camion en plastique dans sa main : « C’est un cadeau de papa, maman ! En plus, il est tétété... »

    « Télécommandé . » finit Kenny sept ans, il avait une loupe devant les yeux, il avait toujours aimé les loupes, son rêve est ‘’quand je sortirai de l’hôpital j’irai à un parc de miroirs déformants !’’.

    Nicolas était le plus âgé mais le plus timide, il avança vers Lou du haut de ses neuf ans  toujours comme à l’époque de ses sept ans et demi, son doudou tigre blanc dans les bras. « Théo a été te chercher car tu pleurais ? » demanda Nicolas  très inquiet.

    Lou sourit à Nicolas pour le rassurer ne pouvant pas le câliner ayant toujours Frederic dans les bras.
    Elle le posa à terre. Et il se mit à courir autour d’elle en riant.

    Attendrie, elle pensa qu’ils avaient bien grandi en un an et demi. Fréderic et Gabrielle deux ans et demi et trois ans et demi à l’époque avaient beaucoup changé mais aussi  aussi Kenny, Théo et Nicolas, respectivement cinq ans et demi, six ans et demi, sept ans et demi à l’époque !

    Soudain il y eut un bruit dans le couloir à coté, la salle de jeu étant derrière la porte du secteur adulte, tout au bout du secteur enfant.

    « Mais vous allez cesser ce boucan, des gens veulent dormir ! »

    « Madame Princesse Lou c’est la sorcière-fruitée qui vient de pouvoir sortir de sa chambre hier, là depuis plein de mois ! Il paraît qu’elle aime le sang et a voulu boire le sien ! » explosa en larmes Fréderic du haut de ses quatre ans. Ce qui lui valut de recevoir un journal de "Fruitkey" sur la tête par le jeune garçon de huit ans ,Théo, visiblement blasé : « Arrête de croire les rumeurs espèce de patate pourrie ! » Fréderic renifla : «  Mais mais ! Théo il m’a tapé et traitééé ! »

    « Écoutez, pas de bagarre, je vais terrasser la sorcière et après on jouera ! » s’exclama Lou avec douceur.

    La sorcière en question était une jeune femme qui s’était littéralement ouvert le poignet avec ses dents après un désespoir amoureux.

    Mais Lou ignorait cela, elle savait juste que la dame en face d’elle lui hurlant très fort : « Vous ! Vous ! Quand vous êtes là, Vous les rendez encore plus bruyants ! JE veux des explications ! » allait mal.

    Lou déglutit ne sachant quoi répondre avant qu’un homme, qui n’était pas médecin, arrive vers eux, marchant dans le couloir.

    Lou tourna un regard vers l'homme affolée en quête d'aide, la dame le vit et se retourna vers Elvire : « VOUS ! Le sucré ! Vous les entendez aussi hein !!! » Lou voulut calmer la dame en posant sa main sur son épaule mais la dame fit un geste brusque, Lou tomba au sol sans bobo mais surprise. « Tais toi, toi ! ON parle entre adultes! »


    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 6stm
    Lou
    Liens pratiques
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Lun 1 Juin - 23:29
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En harmonie ♪ | feat. Lou


    A force d’être à l’hôpital, on se surprend à s’habituer à des rituels étranges. Manger bien trop tôt, le passage des soignants devenaient presque banals. Tout était dans le presque. « Comment te sens-tu » « Bien », même ces phrases devenaient un mécanisme. Cela ne faisait pas encore un mois, pourtant j’avais cette sensation que j’avais vécu là presque toute mon existence. Les idées sombres n’étaient pas si loin, mais je devais maintenant tendre le bras pour les effleurer.

    C’était ainsi que je me reconstruisais

    J’avais même pu repasser à mon appartement récupérer quelques vêtements. Qu’il était agréable de porter autre chose que les blouses, même si je crevais de chaud avec mes tee-shirts bicolores en plein été. Je n’avais pas eu de chance en cicatrisant cette fois, les traits clairs arpentaient ma peau, sur mes vaisseaux qui se dessinaient autrefois plus légèrement. Il me fallait encore un peu de temps pour l’accepter. Les lettres de mon père s’empilaient sur la petite commode. Une communication fragile s’était établie et ces échanges épistolaires agrémentaient ma routine.

    Mais malgré ces nouvelles habitudes, je m’ennuyais comme un rat mort.

    C’était sans doute dans ce but de trouver quelque chose à faire que je quittais ma chambre, les mains dans les poches. Mon regard errait dans le couloir, hésitant à sortir ou prendre un livre pour tuer l’ennuie. Mes pas se faisaient lents à différence des soignants courants dans les sens. On me demanda deux trois fois si j’avais le droit de sortir ainsi. Pour  toute réponse, je levais le poignet pour montrer ma chevalière en plastique, preuve que le plus dur était passé. Je sortis de la section adulte, indécis de mon destin.

    Peut-être aurais-je dû descendre par l’ascenseur. En passant la porte battante, j’avais face à moi une dispute. Curieux, je m’étais rapproché, reconnaissant la jeune fruitée de la chambre d’à côté. J’avais peu de sympathie pour elle, fragile au point de se dévorer pour un mec qui n’avait de toute manière rien à faire d’elle. Pourtant, elle me faisait pitié, un peu. Si les chemins étaient différents, nous étions arrivés à la même finalité pour finir dans ces chambres stériles. Avec elle se trouvait une adolescente bleutée, quelque peu embarrassée du sermon concernant le bruit des enfants.  En même temps près de la salle de  jeux, elle s’attendait à quoi ?

    On me prit à partie, me demandant un avis sur quelque chose que je n’avais strictement rien à faire. La pauvre enfant voulu calmer ma camarade de fortune, mais autant arrêter un bulldozer avec un bisou. Elle tomba à terre et machinalement, je m’approchais pour l’aider à la relever. Son visage enfantin me rappelait quelqu’un mais je n’arrivais pas à mettre le doigt dessus. Déjà, calmer l’hystérique. Dans un sourire aussi faux que ma sympathie, je répondis à sa sollicitation avec calme :

    « J’avoue n’avoir rien entendu, mais c’est l’heure des visites et s’ils ne bougent pas maintenant, tu aurais une tornade à l’heure du dîner. Ce serait dommage, non ? D’ailleurs, je crois que tu as reçu ton courrier. Une certain Al… »


    Mais elle était déjà partie à l’entente du mot courrier. J’avais menti, mais de toute manière elle ne se rendrait pas compte de la supercherie. Elle était encore sous perfusion, dans l’espoir que son ex la recontacte qu’elle était encore prête à croire que ces anciens mots étaient nouveaux. Je remettais ma cadette sur ses pattes. Chaleureusement, je plissais les yeux et continuais :

    « Rien de cassé ? Elle n’est pas méchante en vrai, mais elle se crispe pour rien. »

    A la regarder de plus près, le déjà-vu s’intensifia. Mais je ne cillais pas. J’espérais cependant que je pourrais continuer mon errance après avoir sauvé la veuve et l’orphelin. Mon instinct me disait que c’était une mauvaise idée de taper la discute.

    Pourtant j’étais là et j’attendais, parce que le rôle le demandait.

    @Lou




    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Sam 6 Juin - 19:47
    Lou
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Al00
    Messages : 22
    Date d'inscription : 04/02/2020
    Fruit / Légume : fruit : Bleuet
    Métier/Etude : Lycéenne (Deuxième année à la rentrée)
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Zrw2


    « J’avoue n’avoir rien entendu, mais c’est l’heure des visites et s’ils ne bougent pas maintenant, tu aurais une tornade à l’heure du dîner. Ce serait dommage, non ? D’ailleurs, je crois que tu as reçu ton courrier. Une certain Al… »


    Lou regardait la scène sans un mot. La femme était partie au mot courrier. L 'homme l'aida à se relever.

    « Rien de cassé ? Elle n'est pas méchante en vrai, mais elle se crispe pour rien. »


    Lou fit une moue d’incompréhension profonde puis baissa la tête, avant de conclure , la tête haute, tout sourire: « Elle devait être fatiguée... » Lou leva les bras au ciel comme pour s'étirer : « Je vais bien et je suis sûre que la dame ira mieux demain ! »

    Demain, un mot qu'en ce couloir de l'hôpital beaucoup ne croyaient plus. Loin d'être une imbécile Lou avait connaissance que parfois demain pouvait mourir avant de s'épanouir, notamment avec ce groupe d'enfants avec qui elle jouait.

    Elle le savait mais préférait se concentrer sur le plus important le présent et pas la fin. Les faire sourire un  maximum, leur apporter tendresse et rires, les réconforter aussi. Ces petits riens, si importants selon elle.

    Le présent est essentiel, le futur dérisoire. Du moins c'est ainsi que Lou voyait la vie depuis ses quatorze ans où elle avait fait le deuil de son frère, dans le coma, sans pour autant arrêter de veiller sur lui et de lui rendre visite à l'hôpital en son sommeil sans rêve, cueillir le jour, pour elle-même mais aussi pour tous ceux qui le peuvent encore, tout simplement.

    Brusquement l'adolescent saisit la main de l'homme et dit dans un sourire heureux : « J'ai une surprise pour vous ! » Elle lui lâcha la main. Elle sortit une petite boîte de sa poche. Elle était ouverte, dedans une minuscule petite boîte à musique.

    « Il suffit de tourner la clef ! » expliqua Lou.

    Ce qu'elle fit.

    La mélodie de la toute petit boîte donnait un air moins grave aux murs immaculés, même l'odeur de javel trop persistante pour y déceler des vies, le quotidien des gens dedans par les gens dehors semblait s'adoucir à cette musique qui n'avait pas besoin de paroles pour être féerique. Certains soignants passant eurent un léger sourire en entendant la petite mélodie enchanteresse. Comme si dans toute son humilité elle savait sans artifice panser un instant les plaies les plus profondes.

    Lou arrêta de tourner la clef, la musique cessa.

    Elle ouvrit la main de l'homme, y déposa la toute petite boîte et dit avec un doux sourire : « C'est un ami qui me l'a donnée quand j'allais mal. » Elle eut un petit sourire tendre en levant les yeux au ciel s'exclamant : « Honnêtement que je la donne à qui que ce soit lui passera au dessus de la tête ! » Elle continua dans un rire doux et sincère : « Enfin on est tous parfait dans notre imperfection alors je l'aime bien comme il est le Shinsho. »

    Les pansements de Lou en son cœur se rouvraient à chaque visite à son frère dans le coma, non Lou n'est pas guérie de ce drame, elle le porte toujours comme un sac à dos trop lourd, qui pèsera sur ses frêles épaules à vie probablement mais elle a appris à marcher avec et peu à peu elle agrandit son horizon.

    La jeune fille referma la main de l'adulte sur le petit objet.

    « Pour vous remercier pour aujourd'hui ! »


    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 6stm
    Lou
    Liens pratiques
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Dim 28 Juin - 16:54
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En harmonie ♪ | feat. Lou


    La lycéeenne souriait, mais cette pureté coulait sur ma peau comme une substance corrosive. A cette excuse qu’elle croyait dure comme fer, je ne pus m’empêcher de l’observer. C’était donc ça de croire vraiment à ce que l’on pensait même si tant de naïveté me paraissait impossible. Elle s’élevait comme le ciel, me rappelant à quel point je rampais sur Terre. De ce mélange de jalousie, et d’auto déprécions, je gardais ce sourire factice comme une deuxième peau.

    Tout mon cœur me disait de courir, partir le plus loin de cette déesse de bonté innée. Quelque chose, un tout petit quelque chose me criait de me préserver. Mais avant que tout son ne sorte de mes lèvres, ses doigts se liaient aux miens. Les chaînes se resserrent. Interloqué, je ne pus que la suivre dans l’erreur. Une surprise ? Pour moi ? Pourquoi ? Est-ce qu’elle me connaissait ? Impossible, le pétrole qui coulait dans mes veines était bien trop épais pour que j’oublie tant d’insouciance. Pourtant, une petite voix me disait que le contraire n’était peut-être pas faux.

    Mais je gardais encore cette pensée incertaine pour moi.

    La lycéenne présenta cette petite boîte qui semblait être une boîte à musique. Elle était décorée avec parcimonie, mais je la trouvais jolie malgré tout. Curieux, je m’étais rapproché sans m’en rendre compte. La mélodie était jolie, bien plus forte que aurait présagé sa petite taille. C’était une jolie surprise, j’aurais presque pu me dire que c’était une bonne chose de l’avoir aidé. Même si cela faisait de moi une mauvaise personne.

    Mais voilà, l’instant fut détruit quand elle posa ce présent aux ceux de ma paume. Je la dévisageais, comme si ce qui venait de passer était un rêve. Cet objet avait une histoire, c’était le cadeau d’un de ses amis et elle le donnait comme ça à un garçon qu’elle avait rencontré il n’y avait pas quelques minutes ? Le calme en moi disparut et la lave commençait à bouillir. Il me semblait que je m’étais trompé sur elle. Je souriais, mais si je n’avais pas eu ce rôle qui me collait à la peau, je l’aurais sans doute engueulé pour ce manque de considération.

    Soit elle était inconsciente, soit elle était superficielle.

    « Tu sais… »


    De bonne foi. Je me saisis de son poignet sans force pour remettre son bien entre ses mains. Ma façade pouvait paraître chaleureuse, mais mon regard était glacial. Un masque ne restait qu’un masque après tout.

    « Tu ne devrais pas supposer ce que voudrait ton ami. Ce cadeau est le tien et je n’ai rien fait d’exceptionnel pour le mériter. Et même si c’était le cas, ne penses-tu pas que tu devrais chérir ce qui appartient à tes amis ? A moins que tu ne veuilles t’en débarrasser ? »

    Je reculais d’un pas, rompant le contact. Un peu plus, juste un peu plus et j’aurais volé en éclat. Mais je savais que trop bien ce que cela faisait de cumuler les erreurs et de les mettre sous le tapis. Je montrais mes dents, cette fois sans animosité.

    « Mais c’est gentil de vouloir me remercier. »


    Je n’en pensais pas un mot. Mon instinct me disait de m’éloignait d’elle. Etait-elle vraiment une sucrée ? Il semblait, peut-être que ce n’était que moi qui devenait parano. Il n’en restait pas moins que je ne voulais pas continuer cette conversation. Je voulais un peu de liberté hors de scène.



    @Lou




    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Mer 22 Juil - 22:33
    Lou
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Al00
    Messages : 22
    Date d'inscription : 04/02/2020
    Fruit / Légume : fruit : Bleuet
    Métier/Etude : Lycéenne (Deuxième année à la rentrée)
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire R3go


    « Tu sais… »

    Lou croisa le regard glacial du patient adulte, le même que ses parents, glacial, comme si une déception sans borne les peuplait. Elle en fut figée de terreur.

    « Tu ne devrais pas supposer ce que voudrait ton ami. Ce cadeau est le tien et je n’ai rien fait d’exceptionnel pour le mériter. Et même si c’était le cas, ne penses-tu pas que tu devrais chérir ce qui appartient à tes amis ? A moins que tu ne veuilles t’en débarrasser ? »

    Lou ne pouvait plus dire un mot elle se souvenait de l’accident puis de ce qui avait suivie, les adultes l’accablaient, un avait même calomnié qu’elle était bien contente d’être fille unique.  Sortant de son cauchemar éveillé, Lou fourra la boîte à musique dans sa poche en pestant : « Vous vous trompez pour l’objet, vous savez, ce n’est pas car on souffre qu’on doit oublier que les autres aussi le peuvent. » Elle prit une grande inspiration la Lou, une star ne pleure pas, ne se met pas en colère non plus, calme Lou calme, on lui avait tant répétée.

    « Mais c’est gentil de vouloir me remercier. » continua l’adulte.

    Elle réussit à ravaler ses larmes et dit avec un sourire : «  C’est vrai, je ne pense pas assez à Shinsho. » Elle eut un éclat de rire cristallin. « Merci pour les conseils, chacun mérite sa propre chanson je vous en ferai une si vous voulez ! »

    Soudan un des mômes arriva livide : « Le prince ! Le prince ! » Terrifiée, Lou ne prit pas le temps de reconnaître l’enfant mais en voulant quitter le couloir donc l’adulte, elle fut arrêtée par un docteur.

    « Mademoiselle Hopkins restez là, il est aux soins intensifs, tout est mis en place pour que ça se stabilise. Vos parents ont été prévenus ! »

    Il leva son regard vers Elivre et sourit : « Oh je vois que vous allez mieux, surveillez là en attendant ses parents vous voulez bien ? »

    Lou s’assit sur une chaise abattue, le médecin la regardait avec plein de tendresse et d'admiration comme si c'était une poupée de cristal à ne pas casser, si précieuse.

    Lou, depuis ses dix ans avait peu à peu percée dans le monde de la musique, à présent c’était plus qu’une simple star, plus qu’une idole de passage certains parlaient de la future nouvelle Daphné, une pomme qui chantait si bien qu’elle était devenue un monument de la musique pour tous.

    Il s’agenouilla près de Lou choquée, mit la main avec une délicatesse extrême sur son épaule et dit avec douceur : « Tout ira bien Mademoiselle Hopkins, nos meilleurs médecins sont sur le coup, je dois les rejoindre à présent. »

    « Elvire est là de tout façon ! » dit-il avec cette même voix très attentionnée.

    Les secondes s’égrainèrent comme des grains de sable.

    * Ne pleure pas
    N’aies pas peur
    Tiens toi droite,
    Souris !
    Garde ta minceur !
    Mets toi en valeur, tu commences à grandir !
    Et ces cheveux, ces cheveux Lou attends la coiffeuse
    et la maquilleuse, ils ne peuvent pas rester ainsi comme tous les jours !
    Voilà tu es resplendissante,  ton public t’attend !
    Et souviens toi mets le feu !
    Et surtout !
    Souris !*

    Lou serra les mains sur son pantalon et pour retenir ses larmes elle se mit à chanter, la musique préférée de son frère, une musique joyeuse entraînante, pas de larmes, surtout pas de larmes.

    « Hey brother
    There's an endless road to rediscover
    Hey sister
    Know the water's sweet but blood is thicker
    Oh, if the sky comes falling down, for you... »

    Elle chantait sa voix était si belle, si claire et fluide, puissante et douce, un talent que seule Daphné à son âge égalait.

    Quand elle eut fini de chanter toute tremblante elle sourit à l’adulte ayant ravalé ses larmes : « Mon frère l’adore depuis tout petit, quand il il sera sorti du bloc on lui chantera ensemble, d’accord ? »


    « What if I'm far from home?
    Oh brother I will hear you call
    What if I loose it all?
    Oh sister I will help you out
    Oh, if the sky comes falling down, for you
    There's nothing in this world I wouldn't do »


    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 6stm
    Lou
    Liens pratiques
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Mar 3 Nov - 22:47
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En harmonie ♪ | feat. Lou


    Devant l’enfant océan, le masque se fissurait. Peut-être était-ce à cause de la boue jusqu’à mes genoux, peut-être que c’était ce sourire corrosif, mais le craquellement se propageait, inexorablement. Cette sensation de déjà-vu, d’une chute imminente n’avait rien de très agréable. Il fallait sauver les apparences, rester courtois alors qu’on ne désirait que la situation cesse. Ses larmes me glissaient dessus, car je me sentais m’écrouler. Son rire me transperçait les oreilles plus que ses mots, sans doute car je n’avais pas encore fait le rapprochement.

    Elle ne devait être qu’une âme que je devais laisser filer.

    Je lui souriais et sans demander mon reste, je m’élançais vers l’ascenseur. Mais ma fuite fut décapitée à mon premier pas. Un gosse surgissait de nulle part et  à l’annonce de la royauté, la lycéenne fusa en sa direction. Allais-je pouvoir être tranquille ? Cela aurait été trop facile. La blouse blanche qui devait être mon allié me trahissait.  Je l’avais su avec son regard que le spectacle devait durer. Je m’enfonçais inexorablement. A son sourire, j’avais répondu avec un « Bien entendu » convaincant, alors que tout mon être voulait crier que cela ne me concernait pas.

    Il semblait bien que même dans ce milieu qui me couvait, je pouvais récupérer mes chaînes. Je m’asseyais à ses côtés, chassant cette sombre pensée. Mon mal-être ne devait pas peser, surtout que la situation semblait quand même assez sérieuse. Cette personne devait être proche d’elle, après tout, tout son sucre avait disparu à l’annonce. Je tentais de m’imaginer à sa place, mais je ne ressentais rien. Même pas un petit pincement au cœur, juste rien. J’étais creux, il semblait que la chute m’eût émoussé ma tristesse. Du vide, il restait que cela.

    Le médecin était parti, et nous étions elle et moi seuls dans le couloir. Je restai silencieux, ne sachant vraiment que dire devant cette ambivalence. Lui dire que ça allait ne serait que redondance, alors je laissais mon regard se perdre.

    Du moins jusqu’à que sa voix cristalline ne brise le silence.

    Cette sensation de déjà-vu revint et cette fois, je me rappelais. Cette jeune femme était Lou, sa voix était connue de tous, de même que de son violon. Je mettais tourné vers elle et les craquelures ne se faisaient que s’agrandir. Mon sourire avait disparu, et l’acide remontait. Je devais donc me sentir triste pour une superstar ? La bonne blague ! Quels que soient ses problèmes, elle n’avait pas connu la pauvreté, elle n’avait pas connu l’isolement, elle ne savait pas ce que c’était d’être seule avec les factures qui s’empilaient et l’obligation de devoir se tenir droit.

    SI j’avais pu parler, je m’en saurais probablement voulu.

    Si Lou était sur le point de pleurer, c’était pour son frère. D’un coup, je me sentais honteux de mes pensées. Si c’était son cadet au bloc, alors je connectais un peu avec son désespoir. Je n’étais peu près pas sans âme après tout. Mon regard fuyait à sa question, car mon sourire n’était plus.

    « Je chante mal, et ton frère ne sera sans doute pas content qu’un inconnu chante pour lui. Il n’y a probablement que ta voix qui peut l’atteindre…»


    Elle avait probablement encore un lien avec lui, quelque chose qui faisait qu’ils étaient de la même famille autrement que par un lien effiloché. Mon cœur me faisait mal à cette pensée, et je me maudis d’avoir crû qu’il ne restait rien. Dans la boue, il y avait des débris de verre, des débris de regrets. J’étais sans doute le seul à penser encore à lui. Il fallut pourtant faire face, ne serait-ce qu’un petit peu.

    Comme si l’on était sur le point de perdre quelques choses de précieux.

    Lorsque je me retournai vers elle, mes lèvres se relevèrent légèrement, mais l’hésitation était palpable. J’allais le regrettais, je le savais, pourtant, je rajoutais :

    « Mais si tu as besoin que je t’accompagne, il n’y a pas de problème. »


    Je prendrais sur moi, une fois de plus, pour oublier ce qui me transperçait.



    @Lou




    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Jeu 5 Nov - 17:16
    Lou
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Al00
    Messages : 22
    Date d'inscription : 04/02/2020
    Fruit / Légume : fruit : Bleuet
    Métier/Etude : Lycéenne (Deuxième année à la rentrée)
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Riv3feat. Elvire
    « Je chante mal, et ton frère ne sera sans doute pas content qu’un inconnu chante pour lui. Il n’y a probablement que ta voix qui peut l’atteindre…» répondit l’adulte assis sur la chaise près d’elle.

    « Ma voix...» Murmura Lou sans conviction.

    « Mais si tu as besoin que je t’accompagne, il n’y a pas de problème.» Ajouta l’adulte. Mais Lou, yeux grands ouverts semblait absente, elle venait de sortir une photographie de sa poche.

    «Ne pleure pas. Une star n’a pas à pleurer, elle a tout ! De quoi tu plains tu ? Relève-toi allez ! Comment séduiras-tu le public si non ? Le public Lou, pense au public ! Ton public, ton public. Tu ne peux pas ciller, prends sur toi encore et encore, car c’est avec le sourire qu’on aime ta voix.» Murmura l’adolescente tout haut sans vraiment s’en rendre compte.

    Elle serra entre ses mains les bords de la photographie, Elvire était assez près pour voir ce qu’elle représentait s’il le souhaitait.

    Dessus, le temps semblait figé comme si le bonheur qui en émanait contrastait avec la peur et le couloir froid de l’hôpital :

    Un petit garçon, 8 ans, aux yeux verts et les cheveux fins de couleur émeraude, une fillette, 12 ans, aux cheveux bleus et au grand sourire. Ses yeux sont fermés de bonheur alors que le garçonnet qui vient de redresser ses lunettes semble étonné de la photographie, forcément, c’est Monsieur Ballon, une mandarine costumée d’un ballon multicolore qui a pris la photographie. Monsieur Ballon, c’est la mascotte préférée du petit garçon qui collectionne les ballons de Magic Tropical. C’est une surprise pour le cadet, de l’enfant un peu plus grande, sa sœur, qui l’adore. Elle n’a pas payé pour cette photographie, dans son monde où tout peut s’acheter. Non, elle avait juste demandé poliment à un gardien du parc si cela était possible alors que son frère était non loin d’elle dans le bâtiment des toilettes. Elle s’était ré-adossée sur le mur de ce bâtiment heureuse et reconnaissante que sa demande soit acceptée. Elle avait proposé à son frère une fois sorti de faire un pique-nique dans l’herbe du parc d’attraction. Le garçonnet avait accepté avec joie même si dans son monde de luxe peu comprenaient les loisirs « trop simples » selon eux de Lou douze ans, pourquoi pique-niquer alors qu’on pouvait si on le voulait manger chaque jour dans un bon restaurant ? Surtout, cette petite, qui venait de réussir ses premières auditons sans une seule faute et qui allait bientôt donner son premier concert. Mais elle restait une enfant de douze ans alors on lui accordait ces plaisirs « trop simples » les prenant pour des caprices. La mascotte ballon était arrivée avec le téléphone de la fillette et le petit garçon avait posé sa part de gâteau au chocolat très surpris observant son héros ballon si près de lui seul comme s'il était un mirage merveilleux, Lou avec éclaté d’un rire heureux et clic la photographie fut prise.

    Puis le drame arriva.

    Une larme tomba sur la photographie, larme que Lou s’empressa d’essuyer revenant peu à peu à la réalité. La radio d’une dame nettoyant une chambre voisine chantait joyeusement :

    « Vivre vivre tout autour de la terre »

    Lou essuya son visage humide. La musique de la radio claironnait, mais pour le moment Lou avait sa belle voix coincée en sa gorge alors rien ne sortait, mais elle s’efforçait de toutes ses forces de ne pas retomber .

    « Redécouvrir le monde les gens »


    Lou, retrouvant petit à petit la capacité de parler, répondit à Elvire : « C’est mon frère, il est beau hein ! » Un sourire se dessina encore timide, encore fragile, mais là malgré la peine et la peur sur le visage de Lou. Et la radio continuait de sonner :

    « Redevenir vivant, »

    « Il avait huit ans dessus et moi douze ans. On faisait un pique-nique et sa mascotte préférée nous a pris en photographie » Lou seize ans rit amusée face à ce souvenir : « Vous avez vu sa bouille Monsieur ? Il était aussi étonné qu’heureux !»

    « Et je choisis de vivre, un exode d’amour pour un nouveau départ » continuait la radio alors qu’en silence, Lou caressait la photographie avec un tendre sourire.

    « Je... » Elle hésita, mais finit par prendre la main d’Elvire. « Je veux bien que vous m’accompagniez ! » Dit-elle tremblant un peu sa voix autant que ses pensées. Elle avait très peur mais une idole n’en a pas le droit elle le savait bien, cependant cet homme ne semblait pas la voir comme une star qui est au-dessus de tout. «  Merci de vous être assis près de moi. » Elle fit cette fois un vrai sourire sincère à Elvire : « Quand mon frère ira mieux je suis sûre qu’il sera content qu’une personne aussi gentille que vous ait veillé sur moi ! »

    Et la radio  fredonnait sa chanson encore et encore malgré le silence de Lou :

    « Vivre vivre avant qu’on nous enterre,

    Et revenir au vent,

    Redevenir vivant, »





    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 6stm
    Lou
    Liens pratiques
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Mer 11 Nov - 20:19
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En harmonie ♪ | feat. Lou


    Je venais tout juste de remarquer la photo entre ses doigts. Elle la tenait fermement, se raccrochant probablement aux souvenirs auxquels elle était liée. Je ne pus résister à décrypter l’image. Deux enfants d’âges et de cheveux différents y figuraient, mais il y avait un truc qui me disait qu’ils étaient sans doute plus liés que leurs physiques. Je perdais un centimètre dans le miasme, mais je tentais de l’ignorer. Penser à mon frère n’était pas le moment. De toute manière, nous n’étions frères que de nom, plus aucune télépathie ne nous était possible. Etait-ce d’ailleurs le frère de la chanteuse avec ces grosses lunettes ? Pouvait-elle encore l’entendre dans sa souffrance ? Mes sens étaient encore émoussés, mais j’eus de la peine pour elle.



    Elle laissa tomber une larme comme pour accompagner ma pensée. Elle la fit disparaît en un instant, montrer la souffrance ne devait pas être possible, parce que de toute façon personne ne pouvait nous comprendre, ne serait-ce qu’un peu. Je ne fis pas attention à la musique, toute mon attention s’échouait sur Lou à la dérive. J’étais tétanisé, incapable de faire le moindre geste. Elle était une inconnue star, lui taper l’épaule aurait sans doute été malvenue. Est-ce que des gardes du corps viendraient me frapper pour un tel affront ? Je ne voulais pas prendre le risque, pour ne pas dire que j’étais incapable de savoir la marche à suivre.



    Alors je restai là, idiot que j’étais.



    Sa voix recousit la conversation et mon intuition avait vu juste. C’était bien son cadet. A son sourire je répondis avec le même visage précaire. J’écoutais son souvenir qui la liait aux parcs d’attractions –tous les enfants vouaient-ils un culte secret à ce lieu- et je ne pus m’empêcher de me demander en quoi ce souvenir méritait plus qu’un autre d’être raconté à un inconnu. Et puis qui se baladait avec des photos imprimées de nos jours ? Avait-elle si peu de souvenirs avec lui ? Ou bien sa célébrité l’empêchait d’avoir un brin de sphère privé dans le monde numérique ? Je devrais sans doute arrêter de me creuser la tête dans les détails.



    Je n’avais simplement pas les clés pour comprendre et c’était tout à faire normal.



    Elle accepta que je l’accompagne à mon grand malheur. Je plissais les yeux. « Il n’y a pas de soucis, cela ne me dérange pas de rester. » C’était un pieux mensonge, le médecin m’aurait incendié si je m’étais absenté. Il n’y avait pas de choix, il n’y en aurait jamais. Cela ne faisait pas de moi une bonne personne comme elle le pensait. Je me faisais draguer par les événements, comme à chaque fois. Alors quitte à être bloqué dans cette réalité où je devais être le support moral d’une vedette, je demandais presque innocemment :



    « Si ce n’est pas indiscret, qu’est-ce qu’il a ton frère ? »



    Cela me lacérerait probablement le cœur, mais c’était le moment de demander. Ma vie était tellement triste que je dusse m’empoisonner du malheur des heures pour ressentir quelques choses. Verrais-je autre chose que ces drames du quotidien ?


    @Lou




    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Dim 15 Nov - 15:35
    Lou
    Membre très sucré
    Membre très sucré
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Al00
    Messages : 22
    Date d'inscription : 04/02/2020
    Fruit / Légume : fruit : Bleuet
    Métier/Etude : Lycéenne (Deuxième année à la rentrée)
    205s.jpg
    « I'll be a better woman today I'll be good, I'll be good And I'll love the world like I should  Yeah, I'll be good, I'll be good For all of the time»
    « Il n’y a pas de soucis, cela ne me dérange pas de rester. » Dit l’adulte. Lou lui adressa un grand sourire. La pendule dans le couloir de l’hôpital égrainait les secondes puis les minutes, ses « tic-tacs » se répétaient dans le silence retombé, telles des menaces. Soudain, une voix perça l’étourdissement que Lou ressentait dans cet espace muet.

    « Si ce n’est pas indiscret, qu’est-ce qu’il a ton frère ? »

    L’adolescente serra un peu plus la photo entre ses mains, un flash rapide et tranchant, son frère de huit ans, la ballon qui roule, la voiture et ce sang, tout ce sang.

    « Il... »

    La voix de Lou tremblait. Non, elle ne devait pas faire porter cela aux autres ! C’était son crime à elle. En plus, l’homme qui l’accompagnait était un patient lui aussi ! Elle ne lui rajouterait pas cela sur les épaules. Et pourtant, les larmes perlaient déjà. Lou décida de dire la vérité, elle mentait très mal de toute façon.

    Elle inspira pour reprendre un peu d’assurance, essuya ses yeux de ses poings et un doux sourire aux lèvres elle caressa la photographie imprimée : « Il a eu un accident, une voiture, ça fait pas mal de temps qu’il est dans le coma. Mais je l’aime encore très fort ! »

    Son téléphone sonna… Shinsho. Un moment, elle regarda son appareil avec hésitation, il était bleu avec une coque en forme de nuage souriant.

    « Excusez moi ! » Dit-elle à l’adulte qui l’accompagnait dans un sourire qui bien que sincère, n’était là, sans doute possible, qu'uniquement pour réconforter Elvire.

    Elle décrocha et tourna le dos à Elvire se sentant s’effondrer.

    « Lou ? » Dit une voix au bout du fil visiblement très inquiète. La jeune idole n’eut pas la force de répondre, les mots coincés dans sa gorge pour retenir les larmes, tenir, tenir, tenir…

    « Espèce d’empotée !  Je n’ai pas annulé ma séance photos pour ne pas t’entendre ! » Cria son meilleur ami dans le combiné.

    Lou ne put paraître brave plus longtemps. Shinsho au bout du fil pouvait l’entendre pleurer. Pour une fois lui si bavard ne disait pas un mot.

    Ce fut Lou qui reprit la parole d’une voix humide : «Shinsho, est ce que j’ai le droit de pleurer ? »

    « Qu’est-ce que tu racontes encore Morveuse ? T ‘es où là ? » Dit l’adolescent top-modèle prometteur. Mais pour Lou, il n’était pas que cela et réciproquement.

    Lou avait éclaté en larmes et la voix de Shinsho se fit un peu plus anxieuse dans le combiné : « Écoute la Gribouilleuse... J’essaye de calmer tes parents-là ! Ils disent n’importe quoi ! Je viens dés que je peux d’accord ? Tiens le coup ! »

    Alors que Lou pleurait, sa souffrance était ressentie même au bout du téléphone, Shinsho reprit : « Écoute Lou... J’arrive d’accord ! Rassure-moi, tu n’es pas toute seule ? »

    Lou secoua la tête en balbutiant : « J’ai un adulte très gentil près de moi ! »

    La connaissant depuis petite Shinsho répondit du tac au tac : « Écoute même si tu as peur de le faire chier, pleure et parle lui ! Accroche-toi à lui si besoin ! »

    «  Mais c’est un patient, il a déjà ses soucis ! » Tenta d’expliquer Lou.

    « Pas de, mais ! Moi, je m’en fous de ce qu’à ce type ! Là, c’est toi qui vas mal ! Alors fais ce que je dis ! » S’énerva sèchement l'adolescent ce qui eut le don de faire taire les larmes de Lou, trop mécontente pour se laisser à nouveau aller : « Shinsho ! C’est méchant ! Moi, je ne m’en fous pas ! »

    Il y eut un soupir dans le combiné : « Lou...Tu veux protéger tout le monde mais et toi dans l’affaire...? »
    Lou essuya son visage et dit dans un sourire encourageant bien que non-visible au téléphone : « Le Monsieur est très gentil, je suis entre de bonnes-mains ! »

    Shinsho soupira bruyamment dans le combiné : «  Bon tes parents sont hors d’eux, je pense en avoir encore pour quelques heures, mais dés qu’ils le sont moins je viens avec eux d’accord ? » Après un arrêt, Shinsho continua : « Et je t’interdis de culpabiliser ! » Soupir à nouveau du jeune garçon : « Lou...Je m’en fiche bien au fond des autres, tu le sais. Mais toi, t’es ma meilleure pote alors ne perds pas une nouvelle fois ton sucre OK ? »

    Lou hocha la tête comme si Shinsho pouvait la voir, ce n’était pas le cas et au fond elle le savait : « Promis Monsieur L’empereur ! » « A tout à l’heure la morveuse ! Et pense à te rassurer toi avant moi d’accord ? » Soupira Shinsho. Avant toute réponse de Lou qu’il savait d’un altruisme stupide, il raccrocha.

    Lou s’aperçut que le téléphone était sur haut-parleur et rougit, elle se retourna vers l’adulte se sentant le devoir de se justifier : « Pardon… Je n’avais pas vu pour le son,  je ne l’ai que depuis peu ! Et comme c’est un nouveau,  je le maîtrise mal ! »

    Elle continua peu après : « Excusez Shinsho c’est mon ami, mais il a dit des bêtises tout à l’heure ! Votre état importe autant que le mien ! » Elle plia son bras sans muscle pour montrer qu’elle était brave ! Oui ça c’est sûre que la petite sucrée était courageuse, mais arriverait-elle à tout porter sans aide indéfiniment ? Peut-être, le sucre ne la laissait jamais longtemps à présent, même si le soutien de son meilleur ami y était pour quelque chose.

    Lou poursuivit doucement, calmement, mais avec une voix où malgré elle la douleur perçait :
    « Mes parents sont furieux, j’aurais dû mieux surveiller mon frère ce jour-là... » Se souvenant de l’injonction de son ami de ne pas culpabiliser, elle n'en dit pas plus.

    Elle ouvrit une application de son téléphone :  Hibou go , on incarnait le Fruit de notre choix et quand un hibou se présentait, le Fruit Personnage devait sauter sur lui pour lui faire un câlin et qu’il rejoigne son équipe ! Mais ce n’était pas facile, car ils bougeaient sans arrêt ces hiboux de toutes couleurs et formes ! Les plus rares cherchés de tous étaient de la couleur arc-en-ciel !

    Il y avait aussi un dessin animé que Lou (et Rise ainsi que Lionel, mais étant sous le compte de Lou, je ne m’y étalerais pas) regardait le matin en se levant. Ils étaient vraiment super ces hiboux et leur ami(e) Fruit que l’on incarnait !

    La musique du jeu retentit dans le couloir angoissant et soudain : « Monsieur ! Monsieur ! »

    Elle lui montra son téléphone : « C’est un hibou arc-en-ciel ! C’est super rare ! Mon frère adore les arcs-en-ciel ! Si on l’attrape, on pourra lui dire quand il sortira du bloc ! Je suis sûre que sans le montrer, il l’entendra et sera content ! »

    Lou essaya de foncer sur le hibou virtuel avec son personnage en câlin, mais rien à faire alors toute rouge elle tendit son téléphone à Elvire : « Monsieur, je n’arrive pas à le câliner, vous voulez bien essayer s’il vous plaît ? »

    Le hibou Arc-en-ciel semblait narguer les joueurs dansant sur lui-même à chaque raté. Une légende disait qu’il était le descendant du Roi des Hiboux, un hibou très rare qui était immortel, mais que personne n’avait jamais vu. On disait qu’il voyageait sans arrêt pour trouver une nouvelle terre pour les Fruits dans le dessin animé.

    Lou crédule tout autant que Lionel voire pire croyait en ces théories de joueurs de toutes parts et de toutes classes sociales. Il est possible qu’Elvire en ait déjà entendu parlé, c’était à la mode depuis des années.

    Mais pour le moment le hibou arc-en-ciel virevoltait derrière l’écran en poussant des sifflements moqueurs. Lou implorait Elvire du regard, ce serait vraiment top si elle pouvait raconter la capture d’un hibou arc-en-ciel à son frère quand il sera sorti des soins intensifs et ira mieux !
                                                                                                                                                                                                                                   




                                                           

    Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia


    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 6stm
    Lou
    Liens pratiques
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Ven 5 Fév - 23:23
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En harmonie ♪ | feat. Lou


    Je ne savais même pas si j’avais vraiment envie de savoir ce qu’avait son frère. Au final, je cherchais peut-être sans doute à me faire du mal, à chercher quelque chose qui ne me rendait pas amorphe. Ou peut-être que je me sentais piégé par ce rôle que je ne pouvais pas me défaire. La vérité n’était de toute manière visible pour ceux qui s’arrêtait sur les autres et cela ne semblait pas être le cas de Lou.

    Un accident de voiture donc. Je ne savais pas vraiment si c’était de la chance ou non de s’en être sortie mais ne pas avoir réussi à se réveiller. Il était hors du temps et à sa place, j’aurais sans doute préférer m’éteindre. C’était du moins les paroles de la vase. « Je vois », c’était cela ma réponse à la violoniste. C’était plus poli et décent dans ce genre de situation.

    Son téléphone sonna. Je la laissais, lui faisant un léger signe de la tête, comme pour lui donner le droit de s’en aller. Je laissais mon regard sur ses murs trop connus. Je me sentais fondre de l’intérieur, écrasé par un étau qui se resserrait doucement. Je n’avais aucune envie de rester là, mais c’était qu’il fallait faire. La voix de Lou se dissipait, alors que je m’enfonçais. La vase remontait, elle me comprimait l’abdomen. Rien ne changeait au final, cette morale m’achèverait très probablement.

    Son excuse me raccrocha au mode réel et pendant quelques secondes je devais sembler totalement perdue. De quoi me parlait-elle ? Pourquoi parlait-elle de mon état ? Que pouvait de toute manière savoir ? Depuis que j’étais là, le monde tournait autour d’elle. Elle était une star, elle était aimée d’enfant et moi… Je repris le masque, avant qu’elle ne parle des reproches de ses parents. Mais ses mots me coulait dessus et ne permettrait pas. Mon regard se faisait vide. La douleur était absente, il semblait que même ça ne pouvait plus transpercer la carapace. La musique du téléphone me cassait la tête. Je l’écoute, mais rien ne restait. Je voulais juste être en paix.

    Arc-en-ciel ou pas, cela ne changerait rien.

    Alors que la lycéenne te demandait de l’air, ma mâchoire bougea d’elle-même. « Non » L’unique mot qui venait de mon cœur glacial, si sec que probablement j’avais asséché la pièce. Je m’en rendis compte et je tentais de me justifier : « … Cela à moins de valeur si c’est un inconnu et non sa sœur qui y arrive non ? ». Cela sonnait faux, je le sais, mais la façade glissait inexorablement. Je me levais et me confondait en excuse.

    « Je désolé, mais je commence à ne pas me sentir bien. Est-ce que tu peux attendre seule, le médecin ne devrait pas tarder. »

    Parce que je n’arriverais à tenir, il fallait que je parte. C’était pour ma survie, mais surtout pour empêcher que je ne la blesse davantage.



    @Lou




    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire EmptyRe: [Hôpital-couloir] En harmonie ♪ / PV Elvire
    Contenu sponsorisé
    Liens pratiques
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum