Accueil
  • Rechercher
  • S'enregistrer
  • Connexion
  • Il y a plus de 2000 ans, vos ancêtres étaient attachés à leurs branches, tout comme n'importe quel végétal comestible. Il y a plus de 2000 ans, Ania Bradford les changea en êtres humains tout à fait acceptables (exceptées quelques différences). Seulement la prolifération beaucoup trop rapide de ces êtres fut vite incontrôlable, si bien que des mesures durent être prises. Un exil, un exil en Amérique, un exil sans retour. Vous voilà donc avec comme seul territoire le vaste continent Américain, vous continuez à y vivre, sans contact avec le reste du monde...

    Je suis Elvire, Un admin un peu con mais je suis gentil. Vous pouvez m'envoyer un MP là !
    Septembre 4050
    Ensoleillé

    Annonce

    Je suis Angélique, une admin qui sent la fraise et je vous aime déjà. Vous pouvez m'envoyer un MP là !

    Prédéfinis

    Georgette
    Epicée
    Lien

    Niko
    Sucré
    Lien

    Pearl
    Fade
    Lien

    Taylor
    Amer.e
    Lien

    Timmy
    Acide
    Lien

    Persy
    Sec
    Lien

    Un peu plus?

    Vie du forum

    Membre du mois : Eloyse
    Son profil | Sa fiche | Sa demande de RP

    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp

    Top

    Je suis Ania Bradford la déesse. Les top-sites sont à mes pieds.
    🍋 🍊 🍍 🍅
    Le deal à ne pas rater :
    15% de remise sur une sélection Xiaomi dès 10€ d’achat
    Voir le deal

    Aller en bas
    En dehors || Skip EmptyEn dehors || Skip
    Jeu 21 Mai - 14:51
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    En dehors || Skip 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En dehors | feat. Skip


    Skip était revenue. Il était revenu au début tous les jours ou presque, et des conversations avaient suivi. Si elles n’étaient pas aussi profondes que la première,  avec l’amélioration de mon état elles étaient devenues plus simples. Nous avions discuté de tout et de rien, et j’en appris un peu plus sur l’être solaire. Déjà, qu’elle était un abricot. Aussi qu’il était ainsi avec à peu près identique toutes les personnes qu’elle avait croisées sur sa route. C’était une âme aiguisée au naturel, réceptive comme si sa télépathie était toujours là, même si elle ne l’entendait pas. J’avais aussi redécouvert la joie de cette communication que je ne me croyais plus capable. Skip était là, et il semblait que j’avais accepté sa présence même si elle ne pouvait être  éternelle. Au fil de l’eau, le masque avait repris sa place, les tas se firent moins pesants mais toujours présents.

    Mon sourire n’avait plus retrouvé cette demi-teinte proche de mon cœur.

    Alors, quand on m’annonça la première permission et ses conditions, c’était tout naturellement que je m’étais tourné vers l’abricot. Mon père, ou ce qui en restait  était en désintoxication, et je me voyais mal respirer avec le personnel qui n’avait de toute manière pas le temps pour cela.  Après son accord, je ne pus m’empêcher de ressentir de l’excitation mais aussi de l’appréhension. Si j’arrivais à peu près à me comporter dans ce huit clos, l’extérieur avait son lot d’aléas et aucune issue de secours ne me permettrait de reprendre mon souffle. Je ne savais pas si le rôle tiendrait autant de temps.

    Malgré tout, j’avais hâte de voir mon monde s’élargir un peu plus, quoique je puisse en sortir.

    Le jour J, c’était la première que je remettais une tenue civile. L’aide-soignant m’avait prêté une chemise en lin blanc fluide, pensant qu’exposer mes erreurs aux yeux du monde était encore trop tôt. Il avait probablement raison. Je fus étonné de la qualité des tissus, ayant les mêmes vêtements depuis le lycée. Elle était un peu trop grande, mais il semblait qu’elle m’allait relativement. Cela devait être bien d’avoir assez d’argent pour ce genre de fantaisie.

    Mon sourire ne vacilla pas.

    Le jour J, j’attendis sur le banc du parc de l’hôpital. J’étais en avance bien d’une demi-heure, mais j’avais commencé à étouffer dans ma chambre. La chaleur de l’été était pesante, mais étrangement bien plus supportable que je ne l’aurais imaginé. Les vêtements de riches, c’était vraiment autre chose, c’était mon pantacourt encre qui avait le plus raison de moi.  Plus loin, un homme fumait en se tenant à son pied de perfusion. L’odeur du tabac me chatouillait les narines, mais ce banc était le plus proche de l’entrée. Je pris mon mal en patience, habitué à vivre avec désagrément.

    Je reconnus sa touffe orange alors qu’elle passait le portail. Mon sourire s’accentua et je pris une profonde respiration. Je ne devais rien attendre, rien espérer, rien appréhender, juste prendre cette journée comme une sortie entre amis. Mais cela faisait bien trop longtemps que je n’étais pas certains de savoir comment faire. Je me relevais et les mains dans les poches, je me rapprochais lentement. En y pensant, une demi-heure ne s’était pas écoulée. Pourquoi Skip était déjà là ? Peut-être qu’il avait eu du temps à tuer, peut-être qu’il appréhender autant que moi. Impossible. Le visage radieux, je l’avais rejoint.

    « Salut. Tu espérais me surprendre ? »

    Il n’y avait aucune malice. Mais l’introduction semblait appropriée pour des personnes relativement proches. Ne le prendrait-il pas mal ? Rigolerait-elle ? Je l’espérais, c’était déjà assez compliqué pour moi de ne pas montrer mon stress. Je révélais mes dents, diminuant la pression sur mes épaules.  Il n’y avait pas de raison de se sentir mal, mais je m’enlisais malgré tout dans la boue sous de poids de mes interrogations.

    J’allais sortir pour la première fois depuis longtemps, avec quelqu’un que je n’avais pas à porter ou à aider à vomir. Cela me paraissait tellement étrange et trop beau pour être vrai. Le soleil de l’été tapait sur les cheveux. L’inquiétude s’immisçait, mais je n’oscillais pas. Ce jour-là, je présentais une sortie entre deux jeunes. Ce n’était qu’une simple représentation.

    Pour protéger l’être qui sortait de la torpeur.


    «Je suis heureux que tu sois là. »





    En dehors || Skip Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Mar 14 Juil - 17:40
    Skip
    Ailes brûlées
    Ailes brûlées
    En dehors || Skip Skip10
    Messages : 34
    Date d'inscription : 18/04/2020
    Fruit / Légume : Abricot
    Métier/Etude : agent de sécurité aux Carottes sont cuites
    En dehors ★ Elvire

    C'est arrivé comme une caresse qu'on voyait arriver en tant que gifle.

    Quelque chose de doux s'est posé sur ton cœur – un murmure à peine perceptible au fil de tes visites auprès de lui. Un pincement que tu ne comprends pas vraiment, que tu ne cherches pas à écouter réellement. Pas pour l'instant. C'est trop tôt. Ce sentiment te berce comme une comptine d'enfance, lorsque tu poses ton regard sur lui, c'est un doux sourire qui se dessine sur tes lèvres. Vous avez parlé de tout et de rien, surtout de rien. Vous n'avez pas abordé le sujet si sensible de ses poignets ni de tout ce que ça a engendré dans sa vie, mais tu en as appris plus sur l'être qu'était Elvire. Qu'il était une olive, qu'il avait un an de plus que toi et que le sourire que tu as vu sur son visage lors de votre rencontre n'était pas un phénomène qui se reproduisait très souvent.

    Tous ceux qu'il t'a offert après ça ont sonné creux, à défaut de sonner faux.

    Ce n'est pas si grave. Tu apprécies sa compagnie, tu as l'impression que tu peux être toi-même auprès de lui ; non pas que tu ai déjà tenté d'être quelqu'un d'autre avec qui que ce soit, cela dit. Tu aimes juste le fait qu'il aspire ta lumière et la modèle à sa guise pour en faire un flash plus pur encore. Dans ta poitrine, quelque chose a commencé à remuer et comme à chaque fois où tu commences à ressentir cette caresse, ton genre s'est tourné vers le féminin et ses frasques doucereuses. Plus de vêtements aux jolis motifs et aux coupures plus fines, plus de maquillage et de parfums aussi. Le binder au placard – pour le moment. Ca ne dure jamais, tu tangues un peu chaque jour, en fonction de ton humeur et de tes envies ; parfois tu es un mélange parfait des deux genres, d'autres fois tout est beaucoup plus flou, et encore certains moments, tu es presque aux extrêmes.

    Alors lorsqu'il t'a proposé de l'accompagner pour sa toute première sortie, tu t'es tout naturellement tournée vers cette partie de ta penderie que tu as un peu délaissé ces derniers mois. Tu étais contente qu'il ait pensé à toi pour ce moment important ; tu te sens vraiment touchée qu'il t'ait choisie, même si tu te doutes bien qu'il n'avait pas eu non plus un choix illimité. Tu as paniqué – un peu – lors de cette communication télépathique, incapable de gérer les pensées parasites qui ont filtré lors de l'échange. Tu n'as jamais su comment faire pour gérer tes émotions pendant les discussions télépathiques, surtout qu'il t'a prise par surprise. Heureusement, il a prit ça à la rigolade, mais depuis tu n'en mènes pas large – les vacillements de ton cœur ont tendance à te choquer toi-même.

    Le grand jour est arrivé. Tu passes un dernier regard sur le grand miroir de ta penderie pour t'observer, satisfaite de ce que tu vois. La robe longue à fleurs et aux épaules dénudées tombent jusqu'à tes mollets, elle est large et n'entrave aucun de tes mouvements ; parfaitement ce qu'il te fallait. Tes cheveux courts portent un petit bandeau rouge et blanc avec un nœud sur le dessus de la tête, un peu de parfum dans ton cou, un petit trait de liner, et tu te demandes enfin si tu n'en as pas trop fait. T'as l'impression d'aller à un rendez-vous – et pas un rendez-vous amical, non, loin de là. Pincement de lèvres, regard sur ta montre, tant pis, tu n'as plus le temps de reculer maintenant. Tu sors de ta chambre avant de changer d'avis et d'enfiler ton binder et un sweat, ton tote bag sur l'épaule.

    T'es certaine qu'il ne s'attend pas à te voir totalement en passing féminin. Un sourire taquin illumine tes lèvres lorsque tu imagines sa réaction.

    Tu arrives à l'hôpital une dizaine de minutes en avance et pourtant, Elvire est déjà sur un banc du jardin. Perplexe, tu traverses la cour pour le rejoindre, tes joues se teintant doucement de rose à sa question. « Salut. Non, j'ai juste pour habitude d'être un peu... En avance. » Etant donné que sa question manque de malice, tu supposes alors qu'elle est sérieuse et répond honnêtement. Pourtant, juste après, il t'offre un doux sourire et de nouveau, la caresse sur ton cœur secoue tout sur son passage. Merde, Skip. T'es piquée, n'est-ce pas ?

    Ce n'est pas grave.
    Tu n'as pas peur.
    Toi aussi, tu lui souris, de toutes tes dents.

    « Je suis heureuse d'être là, moi aussi. » Tu viens entourer son bras du sien pour le tirer vers la sortie. Il allait enfin pouvoir voir autre chose que ces murs blancs d'hôpital et tu t'en sens heureuse pour lui. Tu le diriges aussitôt vers un coin d'ombre, d'habitude tu t'en fiches pas mal mais aujourd'hui il est hors de question que tu interrompes sa première sortie à cause d'une brûlure quelconque. « Au fait, tu l'as sans doute remarqué mais... Si tu pouvais me genrer qu'au féminin, aujourd'hui... » Tu lui souris doucement avant de lâcher son bras pour tapoter des mains. « Alors, tu te sens prêt, ça va ? J'ai hâte de tester ce nouveau bar à jus ! »

    (c) noctae
    Skip
    Liens pratiques
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Mer 2 Sep - 22:26
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    En dehors || Skip 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En dehors | feat. Skip


    Vaporeuse, sa silhouette disparaissait sous l’ornement floral. Cela lui allait bien, comme les hoodies dans lequel se diluait l’astre solaire. Surpris ou non, ce n’était pas la question. Qui étais-je pour questionner sa tenue ? La moitié des vêtements que je portais n’était pas les miens, j’empruntais ma vie, mes expressions qui n’étaient pas vraiment les miennes.

    Tout ce qui importait était cette chaleur et cette présence réconfortante.

    Heureuse, elle l’était. Alors peut-être que ma joie n’était pas feinte elle aussi. Son bras se saisit du mien et mon cœur loupa un battement. Je sentais la tiédeur à travers le lin, et je ne savais pas vraiment décrypter ce sentiment. Mais mon sourire ne vacilla pas, car ce n’était que l’heure de l’ombre pour protéger sa peau, uniquement. Skip reprit la parole, et son souhait se logeait dans mon oreille. Je penchais légèrement la tête, me rapprochant un peu de cette coéquipière de sortie. Devant son excitation, sortir ne paraissait pas si terrible. Je suivais donc le mouvement, mettant sans doute un peu trop d’enthousiasme à mon tour.

    « D’accord Princesse. Partons à l’aventure ! »
    , Avais-je prononcé.

    Etait-ce trop ? Je feignis l’indifférence. Je franchissais le portail de l’hôpital et cette liberté se faisait écrasante, ou peut-être était-ce simplement la chaleur. Sans marcher sur des œufs, je parlais peu dans les transports. La conversation devait être un peu décousue, et mon regard se perdait dans cet horizon étranger et hostile. Sans elle, sans doute que je me serais enlisé dans cette compensation stérile. Je ne pourrais jamais la remercier pour cette intention. Je n’étais ainsi pas seul avec mes pensées. Mais apprécierait-elle ce moment ?

    Avec quelqu’un d’autre, peut-être que cela ne sonnerait pas aussi faut.

    Nous arrivâmes devant le bar à jus bien plus tôt que je ne l’aurais cru. Il n’y avait presque personne, sans doute parce que nous étions en milieu de semaine et le matin. C’était l’avantage des horaires décalés et de la convalescence. Je soupirais de soulagement. Gérer une scène pour une seule personne demandait déjà tellement d’énergie. Je levais le nez vers la carte et clignait des yeux, m’exaltant à mes propres dépend :

    « Y’a bien plus de choix que je ne l’imaginais ! Et aussi plus cher… »

    A ce prix, j’avais de quoi manger pendant une semaine. Peut-être était-ce parce que je n’étais pas un grand mangeur, je me mangeais de l’intérieur. Il y avait vraiment beaucoup de genre qui dépensait autant pour un léger plaisir ? Etais-je amer par colère ou l’étais-je parce que j’avais déjà perdu goût aux festivités ? Chasse ses pensées, elle ne me voulait que du mal. J’avais proposé et si Skip appréciait, elle le serait pour nous deux. Je secouais la main, me voulant rassurant :

    « Ah mais j’ai suffisamment pour nous deux ! Et je suis curieux du jus de pamplemousse rouge… ou pomme ? »

    J’allais évidement prendre pamplemousse. Ce mélange sucré amer permettait de garder ma couverture, mon regard se posait sur l’abricot. Que prendrait-elle ?

    Appréciait-elle ce moment avec un imposteur ?






    En dehors || Skip Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Lun 2 Nov - 18:18
    Skip
    Ailes brûlées
    Ailes brûlées
    En dehors || Skip Skip10
    Messages : 34
    Date d'inscription : 18/04/2020
    Fruit / Légume : Abricot
    Métier/Etude : agent de sécurité aux Carottes sont cuites
    En dehors ★ Elvire

    Tu as toujours été à l’aise avec la fluidité de ton genre, si bien que ton entourage l’a toujours été également. Tu es parvenu à rendre tes variations si naturelles qu’il suffisait d’une simple remarque sur tes pronoms pour que tes ami.e.s s’adaptent automatiquement et que tu n’ai plus à leur rappeler jusqu’à ton prochain changement. Tu pars donc du principe que c’est la même chose pour Elvire,  parce qu’au final tu as placé ta confiance entre ses mains depuis un moment déjà et que tu ne penses jamais à ce qu’il se passerait de mal un jour si tu la confiais à quelqu’un qui n’était pas digne de confiance.

    Elvire ne te déçoit cependant pas et se laisse entraîner dans ton enthousiasme – un peu trop pour que ça ne soit vrai peut-être, mais tu ne lui faisais plus la remarque à chaque fois car tu t’es rapidement rendue compte qu’il avait du mal à différencier ses véritables sentiments de ce qu’il devait feindre au quotidien. Et si tu en as versé quelques larmes lorsqu’il a eu le dos tourné, tu n’en diras rien ; tu n’as plus qu’à lui prendre la main et attendre à ses côtés, patiemment, qu’il parvienne à retrouver ce cœur qu’il a planqué sous des tonnes et des tonnes de linges sales et de masques factices qu’on l’a forcé à porter pendant trop de temps.

    Le princesse qui glisse alors de ses lèvres tout à fait naturellement oblige ton cœur à faire des loopings improbables dans ta cage thoracique, te coupant la respiration au passage, alors que tes joues elles deviennent soudain cramoisies. Tu lui jettes un regard totalement décontenancé, mais lui ne semble s’apercevoir de rien – ou fait semblant de ne s’apercevoir de rien – et continue son petit bonhomme de chemin pour sortir de l’hôpital. Tu ravales donc ton crush panic et marches sur ses talons pour ne pas le perdre de vue. Ni lui ni son esprit d’ailleurs. Tu n’oublies pas que c’est sa première sortie depuis sa tentative et la première fois qu’il tente de se rouvrir au monde. Tu essaies donc de le maintenir sur la terre ferme, lançant n’importe quel sujet de conversation, même le plus idiot, lorsque tu vois son regard se perdre dans le vide un peu trop longtemps à ton goût.

    Vous arrivez au bar à jus bien avant l’heure de rush, si bien que l’endroit est presque vide et que vous pouvez vous installez où vous le voulez. Autant dire que tu le tires pratiquement jusqu’à une table proche de la fenêtre côté extérieur, là où vous pouvez admirer les gens entrer et sortir du centre commercial. La carte vous est rapidement amenée et un rapide coup d’œil sur celle-ci t’apprends qu’en effet, beaucoup de variétés sont proposées. « C’est comme tu veux Elvire, j’ai un salaire correct et je ne sors pas de l’hôpital après une longue convalescence, je peux payer ma part voir pour nous deux si tu préfères… » Tu ne veux pas qu’il angoisse pour l’argent ou qu’il se mette en difficultés à cause de votre sortie et ça ne t’a jamais dérangée de payer de ton côté.

    Rire amusé devant sa fausse hésitation, tu soupires un « Comme si tu pouvais te permettre un jus à la pomme… » plus dans ta barbe qu’autre chose car tu sais déjà qu’il trouvera quelque chose pour se défendre de toute façon. « Moi je vais pencher pour ce mélange carottes et agrumes, avec du gingembre et du curcuma… Ca m’a l’air d’être un délice. » Dû à ton caractère à la fois doux et énergique, tu peux aussi bien manger des aliments totalement sucrés que totalement épicés, mais faire un mélange des deux est encore mieux et tu as une petite préférence pour les épices malgré tout. La serveuse vous rejoint quelques instants après et tu lui passes ta commande ainsi que ta carte qui ne te sert désormais plus à rien, souriant doucement à Elvire une fois cela fait. Les jus sont rapportés juste après, service rapide étant donné l’absence de monde dans les lieux, et tu t’empresses de goûter le tien. « Oh putain, trop bon ! » Que tu te réjouis, un sourire admiratif et satisfait éclairant ton visage. « Et le tien, fais voir, fais voir ? » Tu tends la main pour avoir son verre.
    (c) noctae
    Skip
    Liens pratiques
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Dim 8 Nov - 18:49
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    En dehors || Skip 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En dehors | feat. Skip


    Si les craintes s’ancraient doucement dans le décor, elles étaient effacées par la présence rassurante de Skip. Toutefois, face à face, il y avait un grain de sable, un minuscule grain de sable qui rendait l’air un peu plus étouffant. Nous étions pourtant proches de la fenêtre, mon sourire se fit plus fébrile. Alors qu’elle proposa de payer, j’eus un rire creux malgré moi. Il était vrai que je n’étais pas certains de récupérer mon travail, que ce soit au parc ou au casino. Effleurer l’avenir n’avait rien d’agréable, surtout quand il semblait si compromis.

    Mais j’avais encore moins l’envie que l’être solaire me prenne en pitié. Je secouais doucement la tête. «  Ca va aller, j’ai dit que je payerais. »Cela n’irait pas, mais je préférais creuser encore plus que de l’avouer. Juste une fois, je voulais oublier tout ce que je ne devais pas faire. Dans mes pensées, je ne l’entendis pas marmonner à mon sujet. Son choix sonnait comme un écho lointain et je hochai vaguement, et, aussi mécaniquement, je commandais mon jus de pamplemousse quand la serveuse arriva à notre table. Tête baissée, je lâchais mon masque et soupirai. A quoi bon ? Cette atmosphère m’était tellement étrangère, elle me rappelait que je m’asphyxiais à l’extérieur. Si déjà, j’étouffais, alors comment Skip pourrait appréciait l’instant. Dans ce chemin sans retour, je me demandais si finalement, j’aurais dû repousser cette sortie.

    Tout ça pour une simple commande.

    Cette exclamation, aussi simple et futile qu’elle était, réussit à dissiper la brume. Je le relevais la tête, encore surpris de la voix de ma camarade. Je ne pus réprimer un léger rire fragile, devant tant de fraîcheur. Je ne devais pas oublier l’objectif de la journée, si Skip arrivait à apprécier un tant soit peu l’instant, alors je devais être capable de m’abreuver de cette chaleur. Je devrais sérieusement arrêter de me laisser aller et savourer sa compagnie. Il n’y aurait peut-être pas de prochaine fois où elle se serait apprêtait de cette manière, à bien vouloir être là, tout simplement là.

    Comme deux jeunes qui sortaient, sans aucune raison particulière.

    Je lui tendis ma boisson que je n’avais pas encore touchée, sachant qu’il y avait peu de chance qu’elle apprécie un tel goût, l’amertume de la vie derrière une entrée en bouche sucrée ?  Allait-elle grimacer ? Allait-elle demander la raison de mon absence ? Je coupais court à cette possibilité, en articulant avec une fausse légèreté :

    « Tu aimes souffrir, c’est ça ? Je ne m’essayerais pas à toucher à la tienne, je tiens à mon palais personnellement… »

    Au vue du sucre que j’ai pu ingurgiter pour les apparences, rien n’était plus faux. Mais j’aimais sonner vrai, c’était un bon exercice. Il faudrait bien qu’à un moment, je sorte de cette bulle. Je me callais sur mes mains la dévisageant pieusement.  Comment pouvait-elle être aussi emballée par une simple boisson ? «  Cela te va bien. » D’être épicée. Je me demandais si j’aurais pu avoir une autre nature ou si je l’étaisaa devenu par les malheurs de l’existence. Mais il était agréable de voir l’abricot s’animer.

    J’aimais cette partie de sa personnalité.







    En dehors || Skip Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Mar 26 Jan - 22:28
    Skip
    Ailes brûlées
    Ailes brûlées
    En dehors || Skip Skip10
    Messages : 34
    Date d'inscription : 18/04/2020
    Fruit / Légume : Abricot
    Métier/Etude : agent de sécurité aux Carottes sont cuites
    En dehors ★ Elvire

    Tu l'as vu.
    Bien sûr que tu l'as vu – comment ne l'aurais-tu pas vu, alors que tu passes ta vie à dévisager les autres, à les observer attentivement, en particulier Elvire ? Alors que déjà, depuis le premier jour, la première heure, tu t'es mis à le fixer avec cette intensité du cœur qui s'inquiétait déjà un peu trop pour cet air amer et faux en face de toi ? Et les sentiments qui découlent de ces observations s'accumulent encore et encore dans la piscine de ta poitrine, bientôt ils t'engloutiront totalement et ouais, tu ferais mieux de diminuer les observations parfois, pour le bien-être de ton cœur un peu trop tendre.
    Tu l'as vu, ce regard lointain. Elvire est parti loin, très loin, dans un recoin bien plus sombre que ce bar à fruits, il s'est perdu un instant dans la forêt grisâtre et nuageuse de son esprit et tu sais que tu ne pourras rien y faire. Qu'il y aura ce genre d'absences encore un moment, peut-être toujours ; qu'il est ainsi fait et que vous devez faire avec. Surtout lui. Toi, tu dois faire la partie la plus facile au final. Lui donner de ta présence, de ta douceur, de ta patience, de ton respect aussi qui te fait faire semblant de n'avoir rien vu, pour lui laisser un peu de pudeur dans sa tristesse. Il a encore beaucoup de choses à réparer et le scotch pour les âmes n'existe pas, tu ne peux pas t'en servir pour l'aider.

    A la place, tu fais ce que tu fais de mieux : briller.
    Ton exclamation est forte exprès, tu n'as jamais eu honte à élever un peu trop la voix, on a toujours mit ça sur ton côté épicé alors que c'était parfois très bien calculé. La preuve, ça marche. Le nuage devant ses yeux disparaît et il rigole timidement, ce qui a le don de te faire fondre un peu plus. A ce rythme-là, Elvire te changera en sucrée en moins de temps qu'il en faut pour le dire ; et le pire, c'est que tu y dirais pas non, au contraire.

    Tu continues de boire quelques gorgées de ton fameux jus, c'est vrai qu'il est bien bon et épicé comme tu l'aimes tant. Tu réclames également de goûter son jus à lui et il te demande si tu aimes souffrir, ce qui te fait hausser les épaules. « Seulement au lit » Réponds-tu presque par réflexe, l'habitude de faire ce genre de blagues avec tes ami.e.s tout le temps ; mais tu te rends compte après coup de tes dires et tes joues se teintent légèrement de rouge. « Je suis un peu double-saveur, j'aime bien les choses sucrées aussi. » Réponds-tu plus sobrement en buvant une gorgée de sa boisson. Et, bon. Le sucré du pamplemousse des premières secondes te plaît énormément, mais l'arrière-goût amer te fait tirer la langue dans une grimace de dégoût. « Oookay j'ai compris, tiens. » Tu lui rends son verre en grognant, attaquée par l'amertume de cette foutue boisson. Pour compenser, tu bois une gorgée de la tienne, te détendant lorsque les épices remplacent le goût amer.

    Il te déclare alors que ça te va bien et il te faut quelques longues secondes à le fixer comme une idiote pour comprendre de quoi il parlait. Ta bouche s'ouvre ensuite dans un « o » parfait lorsque ton esprit s'illumine et tu te couvres d'un sourire joyeux. « Merci ! On me le dit souvent. » Tu n'es pas peu fière de ton côté dominant épicé, c'est vrai. « Allez, à ta première sortie ! » Tu tends ton verre pour le faire retentir avec le sien et le boire ensuite un peu plus rapidement. Tu le savoures tout de même beaucoup car le mélange est un délice et uniquement avec des fruits frais, ce qui se sent et qui réhausse encore la qualité de la boisson. Malheureusement, elle n'est pas infinie et c'est lorsque le bruit caractéristique de l'air passant dans la paille retentit que tu t'en rends compte. Tu jettes un regard dramatiquement triste à ton verre, comme si celui-ci t'avait abandonné sur le champ de bataille, avant de relever les yeux vers Elvire. « On y va ? J'ai envie de t'emmener quelque part. » Tu sais que cette sortie a déjà dû le crever, mais tu as une idée très précise en tête et elle ne devrait pas durer très longtemps.

    En tant qu'épicée attitrée, en réalité tu n'attends pas réellement un refus de sa part. Tu te lèves et viens chercher son bras pour le tirer jusqu'à la caisse, le laissant payer vos consommations avant de le faire sortir du bar. Ton regard passe à gauche et à droite pour te repérer dans le centre commercial  avant de le mener à droite. « Tu vas voir, on en a pas pour longtemps, promis. » Tu as glissé ta main dans la sienne entre temps, presque par instinct, pour ne pas le perdre dans la foule. Et tu le mènes jusqu'à un magasin de vêtements, pas du sur-mesure non plus mais avec du tissus de bonne qualité. « J'ai envie de te faire un cadeau pour cette première sortie ! » Déclares-tu alors comme si c'était la surprise de l'année, en lâchant sa main pour ouvrir grand les bras. « T'as de la chance, je suis super forte pour faire des outfits qui valent le détour. » Et tu t'avances dans les rayons pour fouiller et trouver ce qui irait bien à Elvire.

    (c) noctae
    Skip
    Liens pratiques
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Lun 22 Mar - 21:47
    Elvire
    Olive sans noyau
    Olive sans noyau
    En dehors || Skip 60a0cc09987e348f77eaca14c05fd3b53646a090
    Messages : 174
    Date d'inscription : 23/06/2014
    Fruit / Légume : Olive
    Métier/Etude : Mascotte / Croupier
     
    En dehors | feat. Skip


    L’écho de nos verres retentissait quelques seconds encore et resta loger dans mon cœur. Cette nouvelle gorgée me semblait plus légère, atténuant l’amertume au fond de ma gorge. La première sortie après l’ensevelissement, avec Skip qui plus est. Ce n’était peut-être pas si mal. Je la regardais, distrait. La boisson était vide.

    J’avais pourtant cette étrange sensation d’être loin du marécage.

    Icare menait l’expédition à l’apparition d’une nouvelle attraction, j’acquiesçai presque mécaniquement. Malgré tout je ne pus m’empêcher de me demander si je percerais davantage sa bourse Ce mélange d’excitation et d’appréhension, au contact de sa main ne fut qu’amplifier. Je n’attendais rien de cette existence, mais le billet donné au caissier semblait avoir un peu plus de sens qu’avant. Je me devais de savourer ce moment que quiétude et d’un clin d’œil le soleil et moi suivaient le même sillage.

    J’avais oublié à quel point la chaleur d’autrui pouvait faire battre mon cœur.

    De droite à gauche, il avait fallu un arrêt prolongé pour comprendre sa volonté. Pourquoi cherchait-elle la difficulté ? Pourquoi tentait-il autant de sortir de tes retranchements. Cela m’aurait suffi cette boisson, cela m’aurait suffi juste un peu de son rayonnement. Je ne voulais pas me brûler, mes racines pourries y seraient exposées. Pourtant, je continuais de sourire.

    « Tu n’as pas à faire ça … Mais tant qu’on est là…. Je fais confiance à ton expertise. »


    Une légère courbette, demi-tour et je laissais mon regard le perdre dans les myriades de vêtements. Depuis combien d’années je n’avais pas pris le temps de regarder ce que j’avais sur mes épaules. J’avais les mêmes tee-shirts depuis que j’avais arrêté ma croissance, m’intéressant davantage au prix qu’à l’esthétique. Mes doigts se perdaient sur les tissus et je me déconnectais un peu de mon environnement. Je devais avait foi en Skip, mes connaissances en dehors du théâtre étaient grandement limité, réduites au fil des années à ne pas voir la lumière.

    Un regard et je plongeais dans l’océan de lave pour y fondre, devenir une roche qui ne se fissurait pas encore une fois. Si pour cela, je devais passer des heures dans les magasins, je le ferais. Mais ce n’était pas si simple.

    J’avais encore besoin de sa main pour m’éloigner du marécage et du mauvais goût.

    « … Peut-être du vert ? »





    En dehors || Skip Elvire11
    Elvire
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t155-elvirehttps://befruit.forumactif.org/t164-elvire-actant-son-propre-masque#550
    En dehors || Skip EmptyRe: En dehors || Skip
    Contenu sponsorisé
    Liens pratiques
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum