Accueil
  • Rechercher
  • S'enregistrer
  • Connexion
  • Il y a plus de 2000 ans, vos ancêtres étaient attachés à leurs branches, tout comme n'importe quel végétal comestible. Il y a plus de 2000 ans, Ania Bradford les changea en êtres humains tout à fait acceptables (exceptées quelques différences). Seulement la prolifération beaucoup trop rapide de ces êtres fut vite incontrôlable, si bien que des mesures durent être prises. Un exil, un exil en Amérique, un exil sans retour. Vous voilà donc avec comme seul territoire le vaste continent Américain, vous continuez à y vivre, sans contact avec le reste du monde...

    Je suis Elvire, Un admin un peu con mais je suis gentil. Vous pouvez m'envoyer un MP là !
    Septembre 4050
    Ensoleillé

    Annonce

    Je suis Angélique, une admin qui sent la fraise et je vous aime déjà. Vous pouvez m'envoyer un MP là !

    Prédéfinis

    Georgette
    Epicée
    Lien

    Niko
    Sucré
    Lien

    Pearl
    Fade
    Lien

    Taylor
    Amer.e
    Lien

    Timmy
    Acide
    Lien

    Persy
    Sec
    Lien

    Un peu plus?

    Vie du forum

    Membre du mois : Eloyse
    Son profil | Sa fiche | Sa demande de RP

    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp
    @XXX recherche XXXX pour son rp : Titre du rp

    Top

    Je suis Ania Bradford la déesse. Les top-sites sont à mes pieds.
    🍋 🍊 🍍 🍅
    -16%
    Le deal à ne pas rater :
    Promotion sur le kit d’entretien K&N pour filtre à air voiture et ...
    15.37 € 18.40 €
    Voir le deal

    Aller en bas
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyÇa va vite ! [PV Skip]
    Mar 19 Mai - 23:46
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne


    "Ta douleur provient de ténèbres
    Que tu n’as pas souhaité,"

    Ça va vite ! [PV Skip] 5ngq

    J’inquiétais Lionel ces derniers temps. Mais je ne le voyais pas. J’étais trop fatiguée, éreintée par le quotidien fragile que je faisais de mon mieux pour faire tenir, funambule était notre vie. Malgré la dureté et le poids qui pesaient sur mes épaules de collégienne je me devais de continuer ainsi. Pour le sourire de Lionel et pour aider Papa qui nous aimait tant mais vivait décalé de la réalité depuis que Maman était partie.

    “ Si tu boudes je te pique ça !”

    Lionel me prit le paquet des mains, des petits gâteaux au chocolat noir un peu amer mais j’avais fait au mieux, j’espérais que le lanceur du Sud aimerait, il préfère le sucré il avait dit.

    “Je vais tout manger !” rit le gredin de tout juste cinq ans en courant le sachet à la main.

    “NON !” criai-je. Lionel se figea, j’étais trop sévère en ce moment, moi qui lui laissais tout passer ou presque avant. De grosses larmes coulèrent sur ses joues enfantines. Je m’accroupis face à lui. “Lionel, je suis désolée c’est pour quelqu’un ces chocolats”

    “ Qui ?” hoqueta le petit garçon en me rendant le paquet. C’est vrai qui ? Avec Elvire nous n’étions ni amis ni parents, ça avait été juste un moment éphémère mais je lui avais dit qu’on irait le voir au parc.

    “Grande-soeur ?” s’inquiéta Lionel en penchant la tête sur le côté, il était si mignon !, si innocent, si sucré, contrairement à moi qui ne supportais plus que le amer depuis peu, les trop lourdes responsabilités commençaient à m’écraser mais je niais l’évidence en me persuadant que c’était juste la fatigue et que bientôt j’aimerais à nouveau l’épicé.

    “ C’est la maladie de l'adolescence comme papa a dit à mes quatre ans ? Tu vas vite guérir hein ? Qui va s’occuper de moi sinon, je serai tout seul... ”

    Il commença à pleurer à nouveau, accroupie toujours à sa hauteur, je le pris dans mes bras fin plus pré-ados que adolescents d’apparence.

    “ Lionel, je suis là et resterai là, et je m’occuperai de toi, tu seras mon petit frère toujours, je suis là, je suis là!” Lionel se serra un peu plus contre moi hoquetant un : “Promis ?” encore larmoyant. Il leva la main et ferma le poing comme le faisait le rat vendeur de graines aux hibou magiques, dans le dessin animé, pour leur promettre quelque chose, ce rat était maudit suite à un crime: Il avait mangé des œufs de Hibou magique et maintenant mentir ou faire du mal lui étaient impossible sinon il tomberait malade. Je fermais le poing dans un sourire et lui dis: “Promis !”

    “Ohhh des tasses  !” sautilla Lionel. Mais le manège allait plutôt vite: “Tu es sûr Lionel ? Ce manège va vite et les tasses tournent sans cesse, tu auras peut-être peur !” Les sourcils du petit garçon capricieux se froncèrent et il s’exclama: “Je n’ai pas peur, j’ai cinq ans à présent !” “D’accord! D’accord! Je vais aller chercher un ticket !”

    J’arrivais au marchand près du manège après Lionel qui avait couru heureux jusqu’au guichet en criant joyeusement : ''Un ticket ! Un ticket !” Mais quand je le rejoignis il avait la mine toute déconfite. “ Le Monsieur dit que je suis trop petit pour monter …” dit-il tout déçu. Je me mordis la lèvre ne voulant pas qu’il pleure de nouveau. Je m'approchais du vendeur et demandais si je pouvais l’accompagner pour qu’il puisse monter dans une tasse.

    Le vendeur se frotta la barbe une bonne minute, sa barbe était verte il était probablement une salade. “ Bon’’ finit-il par dire “ Tu sembles encore au collège donc très jeune, normalement c’est un adulte qui accompagne mais exceptionnellement c’est OK mais si vous vous blessez n’allez pas vous plaindre !”

    “ OUIIIII Grande soeur Rise!” cria mon petit frangin sautant partout comme un  Grenouille, tout heureux . Je ris et nous montâmes. Seulement plus le manège prenait de la vitesse plus Lionel devenait blême. A la fin le responsable vint nous voir amicalement : “Alors ça a été les enfants ? Ça vous a pl…”
    Le vendeur de ticket n’eut pas le temps de finir sa phrase que Lionel vomissait sur ses pieds.

    Nous nous fîmes virer à grands coups de juron et de “ Et ne revenez plus à mon manège.” Mon petit frère vacillait en marchant, je le pris dans mes bras et courut jusqu'aux toilettes heureusement proches, il ne manquait plus qu’on se perdre !

    Mon frère vomissait aux toilettes en pleurnichant, je ne l’avais pas grondé ni fait la morale. J’avais juste tenté de le rassurer en lui caressant le dos et disant tout doucement que ce n’était pas grave. Mais je finis par le laisser au calme, il était trop mal, son orgueil en avait pris un coup et je lui souhaitais tout sauf de devenir amer comme moi à ce petit sucré de cinq ans.

    Je secouais la tête, cela n’était qu’une passe, j’allais aller mieux très vite, l’auto-persuasion que je faisais sans arrêt marchait pour le moment même si les pensées tristes revenaient souvent à l’assaut.

    Je vis alors un jeune adulte sortir des toilettes  et à la porte attendant mon frère qui au bruit semblait bien secoué, je lui demandais inquiète: “Euh bonjour, vous n’auriez pas un truc contre les vomissements s’il vous plaît pour un petit de cinq ans ?’


    Ça va vite ! [PV Skip] Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyRe: Ça va vite ! [PV Skip]
    Mar 14 Juil - 17:42
    Skip
    Ailes brûlées
    Ailes brûlées
    Ça va vite ! [PV Skip] Skip10
    Messages : 34
    Date d'inscription : 18/04/2020
    Fruit / Légume : Abricot
    Métier/Etude : agent de sécurité aux Carottes sont cuites
    Ca va vite ! ★ Rise

    Il y a de ces aventures qui ne s'arrêtent pas de si tôt, et tu es du genre à vouloir les faire tenir un maximum.

    Aujourd'hui, avec tes ami.e.s, vous avez décidé d'aller à Magic Tropical. Journée prévue depuis deux bons mois maintenant, vous avez fait la liste de tout ce dont vous aviez besoin et prit vos billets longtemps à l'avance. L'avantage d'habiter dans cette zone du pays est que vous n'aviez même pas à prier pour avoir du beau temps, étant donné que c'est le cas 90% du temps. Bref, vous voilà aujourd'hui, tous fringants, à passer le grand portail du monde féérique et enchanteur qui vous est offert pour la journée. Vous avez même pu avoir quelques fast pass pour passer la queue plus rapidement ! Un rêve. Tu as tout prévu pour ta maladie : crème solaire à foison et casquette vissée sur la tête, ainsi que de la biafine car tu sais déjà que tu auras tout de même le droit à quelques brûlures ici et là, quoi qu'il arrive. Mais le jour où elle te bloquera dans ta vie quotidienne sera probablement le jour où tu seras morte, Skip ; tu sais que tu profiteras de ta journée ici, quoi qu'il arrive.

    Vous commencez fort avec une attraction style grand huit qui te provoque de grands éclats de rire. Tu aimes lorsque ton cœur bat vite et fort, lorsque l'adrénaline coule dans tes veines et te fait lever les bras le plus haut possible vers le ciel afin de sentir le vent fouetter ta peau. L'attraction ne plaît pas à tout le monde et en secouent quelques uns qui ont perdu des couleurs durant leur passage dans le wagon, ce que tu ne loupes pas un instant et en profites pour te moquer allègrement. Toi, avec le nombre d'insolations que tu te tapes, tu es bien plus qu'habitué à la sensation de nausée, si bien que les manèges à sensations ne t'en donnent plus du tout depuis bien longtemps. Mais tu es une bonne amie Skip alors tu les mènes aux toilettes pour qu'iels puissent se refraîchir ; heureusement, pas de vomissements à l'horizon et tu leur indiques que tu les rejoins après avoir fait un petit pipi.

    Durant le temps où tu fais ton affaire, tu entends quelqu'un rentrer en trombe puis vomir dans la cuvette. Un enfant, apparemment, au vu des petits pleurs qui émanent de la cabine ; le pauvre chou n'a pas dû supporter une attraction, peut-être a-t-il voulu paraître grand. Tu souris parce que ça a souvent été ton cas, au même âge que lui. Tu tires la chasse d'eau et sors de la cabine pour découvrir une jeune fille collée à la porte où le plus petit se sent toujours mal et elle te demande si tu n'as pas de médicament contre les vomissements. Tu lui souris. « Oui, j'en ai ! » Pour une fois que tes insolations te sont utiles... Tu fouilles ton tote-bag pour en sortir la petite boîte ainsi que la notice pour connaître la posologie pour un enfant de cinq ans. Tu lui donnes ensuite le petit cachet ainsi qu'une bouteille d'eau et une pastille à la menthe. « Ca fera passer le goût. » Tu jettes un regard à la cabine. « Ca ira pour lui ? » Tu n'es pas spécialement inquiet car il a cessé de vomir depuis quelques minutes déjà, mais tu préfères t'en assurer.

    Pendant qu'elle s'occupe de son frère, tu te détournes et te places devant l'un des lavabos afin de t'admirer dans le miroir. Ton visage n'a pas prit de brûlures pour le moment, merci à la casquette, mais tes mains elles sont devenues rouges alors tu sors la biafine que tu étales consciencieusement sur ta peau, avant de rajouter une énième couche de crème solaire. Tu jettes des petits regards en coin aux deux enfants derrière toi afin de t'assurer que tout va bien pour eux.
    (c) noctae
    Skip
    Liens pratiques
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyRe: Ça va vite ! [PV Skip]
    Mer 23 Sep - 22:14
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne
    f25w.jpg


    If I could fly, I'd be coming right back home to you
    I think I might give up everything, just ask me to
    Pay attention, I hope that you listen 'cause I let my guard down
    Right now I'm completely defenseless



    « If I Could Fly»

     


    « Oui, j'en ai ! Çà fera passer le goût. »

    J’adressais un sourire au jeune adulte le remerciant prenant le médicament et la friandise sucrée.
                                                                                                                 
    « Ça ira pour lui ? »

    Je hochais la tête bien sûr que ça ira, j’étais là pour lui depuis mes dix ans alors qu’il était encore tout bébé, il n’avait besoin de personne d’autre pour aller bien.

    Non ? J’entrai dans les toilettes et lui dis avec tendresse : « Tout va bien Lionel, on m’a donnée un médicament, tu iras mieux après ! » Je l’aidais avec douceur à se relever. Il faisait une mine boudeuse.

    « Je n’aime pas les médicaments ! » rétorqua t’il.

    «  Allez, tu te sentiras mieux après ! » Dis-je en m’accroupissant pour lui tendre, avec la pastille à la menthe, avec un air rassurant mais il repoussa brusquement ma main dans un cri : « Je veux ma maman, c’est pas bon ça ! »

    Mon petit frère chouinait face au médicament mais là de suite je m’en moquais. Ras le bol ! Je lui fourrais dans la bouche sans autre forme de procès.  Il hoqueta en prenant la pastille à la menthe à moitié en larmes.

    Je sortis en courant des toilettes. J’en avais assez, pourquoi en parlait-il de plus en plus ? Mère, nous a abandonné , abandonné Lionel ! Tu ne l’as même pas connue ! Alors c’est quoi ton délire ? Pourquoi soudain tu veux la voir ? Je ne suis plus assez bien pour toi ?

    J’entendais cachée derrière un buisson les appels en pleurs de mon frère, Rise, Rise … Je soupirais et me levais je devais rester forte, ça allait lui passer ce n’étaient que des caprices.

    En revenant aux toilettes, il rit et me sauta dans les bras heureux dans un : « Trouvé ! » J’aimais sa candeur enfantine  qui chassait sa tristesse aussi vite qu’elle était venue.

    Je lui souris et le portais au bord du lavabo trop haut pour ses mains qu’il lava en chantonnant avec ardeur sa chanson de son dessin animé préféré : «  Petit hibou ! Petit hibou aie confiance en toi, les fruits seront tes amis, Petit hibou Petit hibou ! Tu vas vivre tant de choses inouïes ! Petit hibou ! Petit hibou n’aie pas peur vous serez toujours réunis ! »  

    Il rit en m’entendant accompagner son chant, je souris à mon tour. Une fois sorti des toilettes il cria joyeusement : « Rise, Rise, regarde le clown il fait des grosses bulles avec son bâton super magique ! » En effet, juste devant nous un type peinturluré faisait des bulles de savon de toutes les formes et tailles avec un grand bâton et un seau.

    « Va les rejoindre si tu veux ! » dis-je dans un sourire tendre, il ne se fit pas prier et courut dans un «OUIII ! » rejoignant le clown et les autres enfants qui sautillaient joyeusement autour. Je lui criais sans me départir de mon sourire : « Mais ne t’éloigne pas trop hein ! »                                                                                                              
                                                                                                               
    Après son départ l’adulte était toujours dans les parages, je le rejoignis d’un bon pas et tout sourire je lui dis : «Hé toi ! Merci pour l’aide ! »

    Soudain, sans que je puisse les retenir de grosses larmes perlèrent sur mon visage, j’étais si fatiguée, si fatiguée, mais Lionel riait là bas, Lionel avait besoin de moi ! Je détournais la tête dans un : «  Toi, t’imagine rien, je ne pleure pas ! » Et pourtant je ne pouvais pas calmer ces larmes qui coulaient sans bruit et sans arrêt.

    Lionel réclamait Maman, quelque chose lui manquait, quelque chose que je ne lui avais pas encore fourni, mais quoi ? Quoi ??? Je ne devais trouver ! Je devais vraiment trouver !

    Gênée, je maugréais : «  Toi ! Ça va passer ne dis rien au petit hein ! »  Lionel et Papa ces gamins, ne devaient rien savoir, tout allait bien, je suis forte non ? Tout ira bien.

    Et vous continuerez à sourire.                                                                                          
                                                                                                                                                                         
             

    © By Halloween



    Ça va vite ! [PV Skip] Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyRe: Ça va vite ! [PV Skip]
    Lun 2 Nov - 18:17
    Skip
    Ailes brûlées
    Ailes brûlées
    Ça va vite ! [PV Skip] Skip10
    Messages : 34
    Date d'inscription : 18/04/2020
    Fruit / Légume : Abricot
    Métier/Etude : agent de sécurité aux Carottes sont cuites
    Ca va vite ! ★ Rise

    Beaucoup de questions passent à travers ton esprit en voyant ces deux petits aux toilettes, et cela en seulement quelques secondes. Tout d’abord : où sont leurs parents ? Sont-ils seuls dans l’immensité du parc d’attraction ? Froncement de sourcils peu à l’aise à cette idée. Même si la jeune fille joue les grandes, qu’elle a l’air de bien s’occuper de son petit frère, elle reste une enfant, et une enfant ne devrait pas se balader seule dans un aussi grand parc tout en gérant plus petit qu’elle. L’enfant n’est d’ailleurs pas très heureux de devoir prendre un médicament, et tu le comprends mieux que personne. Toi on t’a rapidement habituée à avaler tout et n’importe quoi dès les débuts de ta maladie, tu es sans doute l’un des habitants de Tropica qui connaît le mieux l’hôpital ; mais lorsque tu étais plus jeune, tu ne comprenais pas toujours pourquoi tu devais prendre telle pilule au goût atroce, et il t’arrivait à toi aussi de faire ces caprices.

    Tu t’apprêtes à sortir des toilettes mais la jeune fille s’en va alors en courant, te coupant la marche au passage. Perplexe, tu restes plantée là un moment, papillonnant des yeux en te tournant vers l’enfant en larmes et laissé à l’abandon. Celui-ci semble s’en accommoder beaucoup trop facilement à ton goût car il sort aussitôt des toilettes pour l’appeler. Tu viens à sa suite et Rise revient aussitôt le prendre dans ses bras, calmant ses pleurs immédiatement. Ca a du bon d’être un enfant, tout de même. Tu as un sourire en coin taquin à cette pensée, parce qu’au final t’es pas si différent que ça dans ta manière d’agir parfois. Tu refuses les médicaments, ne fait pas attention aux conseils qu’on te prodigue, fait tourner le personnel médical en bourrique, passe du rire aux larmes en une demi-seconde… Ouais, vraiment, t’es pas si différente de cet enfant en face de toi, au final. Mais tu te mets également à la place de Rise qui doit parfois être épuisée de ce comportement électrique.

    Légèrement rassuré de les voir ensemble (même s’il semble toujours y avoir une absence certaine d’adulte responsable à leurs alentours), tu rejoins tes ami.e.s qui t’attendaient près des toilettes, mais l’inquiétude est trop grande. Tu entrouvres la bouche pour leur dire de continuer la journée sans toi, que tu préfères t’occuper des deux enfants afin d’être certaine qu’il ne leur arrive rien, lorsque la voix fluette de la jeune fille se fait entendre. Tu as un haussement de sourcils surpris et te retournes pour la regarder, lui souriant joyeusement lorsqu’elle te remercie. « Bah, pas besoin, c’est normal ! » C’était juste des médicaments contre la nausée – qui aurait refuser de les aider ? Les secs peut-être, mais c’est parce qu’ils sont secs, c’est dans leur nature d’être snob.

    Rise se met alors à pleurer, d’un coup, sans signe avant-coureur. Elle se détourne, pudique, réfute l’évidence même, et ça te fait glousser de rire malgré toi. « Oui, bien entendu, c’est juste une réaction allergique. » Cela suffit pour te confirmer ta décision. Tu te retournes vers tes ami.e.s qui te fixent d’un air perplexe, l’air de se demander pourquoi une fillette pleurait à côté de toi, et tu leur lances gaiement : « Allez-y, je vais rester avec elle. Amusez-vous bien, j’vous appelle pour la soirée de ce week-end ! » Tu as un geste d’au revoir vers elleux, poussant ensuite doucement les épaules de Rise pour la faire avancer vers son frère qui s’amuse toujours avec le clown aux bulles. « Là, là, faut pas être allergique comme ça voyons ! » Dis-tu d’une voix à la fois réconfortante et un peu taquine, lui sortant un mouchoir de ton sac pour le lui donner. « Vous êtes tous seuls toi et ton frère ? Y’a aucun adulte pour vous guidez ici ? » Tu te doutes bien de la réponse, mais tu préfères quand même demander, au cas où il s’avèrerait que ça n’est pas du tout la situation à laquelle tu pensais.

    « Tu as une idée de la raison pour laquelle tu pleures ? » Demandes-tu plus doucement, sans une once de taquinerie dans la voix cette fois. « Viens, on va commencer par récupérer ton frère. Une barbe à papa, ça vous dit ? » Parce que toi oui. C’est l’avantage d’être toi – tu es un double goût parfait, un mélange équilibré entre le sucré et l’épicé, alors tu peux tout avaler qui y ressemble de près ou de loin. Puis les barbes à papa possèdent une grande variété de goûts et de texture, de nos jours, alors vous allez forcément tous y trouver votre bonheur.
    (c) noctae

    Skip
    Liens pratiques
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyRe: Ça va vite ! [PV Skip]
    Jeu 5 Nov - 13:10
    Rise
    Etoile assombrie
    Etoile assombrie
    Je suis là, ne vous en faîtes pas, je suis là...
    Messages : 85
    Date d'inscription : 24/06/2014
    Age : 32
    Fruit / Légume : Pomme
    Métier/Etude : Collégienne

    Ça va vite ! PV Skip


    wuy8.jpg



    Arrête de sourire

    « Oui, bien entendu, c’est juste une réaction allergique.» Dit l’adulte taquin en riant. Je gonflais les joues boudant un peu, il ne me croyait pas et de plus il alla vers ses amis pour dire : « Allez-y, je vais rester avec elle. Amusez-vous bien, j’vous appelle pour la soirée de ce week-end ! »

    « Là, là, faut pas être allergique comme ça voyons ! »
    Dit l‘adulte en me poussant doucement, ses mains sur mes épaules, vers l’avant. Sa voix toujours taquine se veut réconfortante. Je rougis de gêne et de colère en m'essuyant les yeux au mieux. Il sortit un mouchoir de son sac, je rougis encore plus. Il demanda alors : « Vous êtes tous seuls toi et ton frère ? Y’a aucun adulte pour vous guider ici ? »

    Je sentais mes yeux se remplirent à nouveau de larmes, je n’avais pas l’habitude d’être guidée par qui que ce soit. Du haut de mes quatorze ans, j’étais l’adulte à la maison. Je ne voyais pas pourquoi quelqu’un d’autre devrait s’en charger ? Et puis en octobre, j’aurais quinze ans, alors, alors... tout allait bien n’est ce pas... Maman n’était qu’un autre caprice de Lionel. Il a cinq ans, à cet âge, on fait beaucoup de caprices non ?

    Au fond de moi, je savais que je me mentais, Lionel, je ne lui suffisais pas, il avait besoin d’une adulte pour grandir correctement. Mais je ne pouvais pas lui en fournir un ou une. Les adultes ça ne se trouve pas dans les super-marchés.

    « Pourquoi tu poses cette question d’abord ? C’est MOI la Maman de Lionel » Je hoquetais et dis :  « Je suis l’adulte ici, j’ai bientôt quinze ans, tu sais ! Et… Je sais bien m’occuper du petit...» Hoquetai-je entre mes larmes.

    « Tu as une idée de la raison pour laquelle tu pleures ? »


    L’adulte ne me taquine plus, sa voix est douce, mais ça fait une aiguille de plus en mon cœur. Je n’ai plus l’habitude de recevoir de la tendresse et trop d’en donner… Et puis je n’en peux plus de mentir et de me mentir, mais je tiendrai malgré la fatigue et le moral vacillant. Car…Lionel et papa ont un si beau sourire. Je ne gâcherai pas ce sourire que je leur ai forgé malgré l’absence de Maman. Ce sourire, ce bonheur, cet amour que depuis mes presque dix ans, j’ai appris à leur donner pour qu’il soit retrouvé pour papa, pour qu’il s’épanouisse pour Lionel.

    Oui, ils ont un magnifique sourire !

    «Je pleure, car je suis allergique, c’est toi qui l’a dit ! T ‘es un peu jeune pour tout oublier ! » Maugréais-je tentant que mes larmes moins fortes disparaissent complètement de mon visage.

    « Viens, on va commencer par récupérer ton frère. Une barbe à papa, ça vous dit ? » Je rougis à nouveau pourquoi cet adulte voulait être là pour nous ? Pourquoi quelqu’un voulait me consoler ? C’est moi qui console d’habitude. Je rougis un peu plus et me retournai vivement vers l’adulte : « Arrête de sourire ! Tu crois vraiment que j’ai assez d’argent pour trois barbes à Papa ! »

    Soudain une petite voix : « Bonjour Monsieur !» Je tournais la tête, mais trop tard, il avait vu mon visage tout rouge et mes larmes, je souffrais autant que j’étais sur la défensive. Reprendre, je devais vite me reprendre ! Mais la petite voix de Lionel revint, il parlait à l’adulte : «Grande-sœur, elle pleure... »

    «Je ne pleure pas Lionel, c’est juste que je suis allergique au sourire de cet adulte ! » OK, ce n’était pas très gentil mais Lionel ne devait pas comprendre, jamais, ou comme moi peu à peu il aura un peu de sucre en lui qui s’en irait. J’essuyais mes larmes avec succès cette fois et m’accroupis devant lui en me forçant à sourire : « Tu veux faire un autre manège Lionel ? »

    Lionel mit sa petite main dans celle de l’adulte et se renfrogna d’une voix boudeuse : « Non... Je veux que le monsieur reste avec nous ! »

    Il reprit son souffle mon bout de chou de cinq ans et expliqua avec sa vision enfantine, mais si inquiète que cela me serra le cœur :

    « A l’école, il y a eu une allergie de rhumes une fois alors si tu es allergique aux sourires du Monsieur, ce sera tant mieux, car en ce moment, tu es triste ! »

    Le visage du petit se durcit et il serra un peu plus la main de l’adulte avant de poursuivre, sa voix tremblait comme si lui aussi allait éclater en larmes : « Tu pleures en dormant et je me lève et je chante tes berceuses, je te secoue, mais tu dors quand même ! Je ne suis pas bête ! J’ai cinq ans à présent ! Mais j’arrive jamais à te calmer ! Le matin, tu te laves en première et tu souris en me réveillant. »

    Lionel cria presque : «Alors... Je VEUX que tu sois allergique à ses sourires, Moi ! » Et il explosa en larmes. Je n’osais pas lui dire que l’allergie aux sourires de monsieur ce n'était pas comme une épidémie de rhumes, je me contentais de lui prendre sa main libre, son autre petite toute petite main encore serra un peu plus la petite partie de main de l’adulte que ses menottes de pitchounet arrivaient à saisir.

    « Alors vu l’argent qu’il nous reste c’est barbe à papa OU manège ! Vous décidez quoi les garçons ? » Demandai-je tentant de paraître la moins fatiguée et la plus rassurante possible.            



    © A-Lice | Never-Utopia



    Ça va vite ! [PV Skip] Mijk
    Rise
    Liens pratiques
    https://befruit.forumactif.org/t136-les-etoiles-filantes-rise
    Ça va vite ! [PV Skip] EmptyRe: Ça va vite ! [PV Skip]
    Contenu sponsorisé
    Liens pratiques
    Revenir en haut
    Permission de ce forum:
    Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum